Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les arboriculteurs du Cher tentent de réchauffer leurs vergers

-
Par , France Bleu Berry
Bourges, France

Il a gelé jusqu'à moins 4° en Berry cette semaine. De quoi susciter des inquiétudes chez les arboriculteurs qui se souviennent du gel qui avait anéanti leurs récoltes de pommes en 2012.

le froid a brûlé l'extrémité des pétales de cette fleur
le froid a brûlé l'extrémité des pétales de cette fleur © Radio France - Michel Benoit

Ils ne dorment qu’en pointillés en ce moment : ce sont les arboriculteurs et notamment les producteurs de pommes dans les vergers au Nord de Bourges. Les arbres sont en fleurs et ne supportent pas les nuits trop fraîches, sous peine de réduire à néant la prochaine récolte. Or, les températures sont descendues jusqu’à moins 4 degrés cette semaine (dans la nuit de mardi à mercredi).

L'un des vergers de Jean-Marie Rivière, près de Bourges
L'un des vergers de Jean-Marie Rivière, près de Bourges © Radio France - Michel Benoit

Comme ses collègues, Jean-Marie Rivière, arboriculteur à Pigny, est sur le qui-vive toutes les nuits en ce moment, le smartphone près de son oreiller. Son téléphone sonnera dès que la température descendra à un degré. Il faudra alors intervenir. Les arboriculteurs disposent de plusieurs techniques pour réchauffer leurs arbres, efficaces, jusqu’à moins 5 degrés. La plus ancienne, c’est celle de la bougie : des pots d'environ dix litres remplis de paraffine. Il en faut trois à quatre cents par hectare pour faire remonter la température d'environ 1,5 degré. Le temps de tout allumer et le gel, parfois est déjà là !

on distingue les tuyaux qui arrosent les fleurs en cas de gel
on distingue les tuyaux qui arrosent les fleurs en cas de gel © Radio France - Michel Benoit

Il y a aussi les tours anti-gel : des petites éoliennes. Elles vont chercher l’air plus chaud à 10 mètres de haut pour le faire redescendre. Une éolienne pour 4,5 hectares. Efficace mais cher : 40.000 euros environ par appareil. Et puis, la troisième technique, l’aspersion des arbres avec de l’eau, soit en brouillard, soit sous forme de pluie. C'est efficace, mais la préservation de la ressource en eau impose de ne l'utiliser qu'à bon escient. Il est donc impossible, en Berry, d'en équiper tous les vergers. Seule une petite partie des arbres est protégée : en 2012, toute la récolte avait été anéantie par le gel. Il est encore trop tôt pour se prononcer cette année.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess