Climat – Environnement

La fin des vendanges en Moselle : "un petit pincement au coeur"

Par Clément Lacaton, France Bleu Lorraine Nord mercredi 27 septembre 2017 à 19:58

La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017.
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton

Les vendanges se terminent cette semaine en Moselle comme dans d'autres régions de France, avec près d'un mois d'avance. Pour les vendangeurs du domaine Buzea, à Ancy-sur-Moselle, c'est l'heure des adieux.

Les dernières heures des vendanges ont sonné au domaine Buzea, à Ancy-sur-Moselle. Il ne doit pas rester une seule grappe, avant l'arrivée de la pluie en fin de semaine. En haut du coteau, des rires et des cris ("porteur !"). Une dizaine de vendangeurs s'active sur la colline. Parmi eux, Daniel, bandana sur la tête et tatouages plein les bras. Il est au rendez-vous chaque été depuis 20 ans, en Champagne et en Moselle. Le dernier jour des vendanges pour lui c'est toujours "un petit pincement au coeur. C'est surtout l'ambiance, retrouver tout le monde, la bonne équipe, la rigolade. On passe de supers moments !"

On a l'habitude de les revoir tous les ans et puis maintenant il faut attendre une année de plus..."

La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. - Radio France
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton

A côté de lui, Albert, 40 ans de souvenirs de vendanges dans la tête : "On a l'habitude de les revoir tous les ans et puis maintenant il faut attendre une année de plus..." Maud et Thomas viennent du même village, en Champagne. Chaque année ils répondent à l'appel de la vigne : "On se revoit régulièrement, on a créé des liens. Lui, ça fait 19 ans par exemple !" Thomas confirme : "On se revoit le reste de l'année."

"Rentrer le raisin au plus vite"

Et puis il faut bien le dire, vendanger en tee-shirt fin septembre, ça n'a pas de prix : "C'est vrai que cette année on a eu de la chance, se félicite Maud. D'habitude on a toujours plusieurs jours de pluie étant donné que les vendanges tombent en octobre."

La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. - Radio France
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton

Merci Miss Météo, nous dit en substance le patron, Georgian Buzea. Il termine les vendanges avec un mois d'avance : "On a essayé de rentrer le raisin au plus vite comme tous les vignerons cette année. C'est un raisin qui était mûr assez rapidement mais qui se dégradait assez rapidement aussi. Je suis déjà en train de regretter de ne pas laisser du raisin dehors pour faire du vin de glace ou de la vendange tardive."

La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. - Radio France
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. - Radio France
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. - Radio France
La fin des vendanges au domaine Buzea à Ancy-sur-Moselle, le 27 septembre 2017. © Radio France - Clément Lacaton

Certaines grappes sont déjà pleines de pourriture noble, à deux doigts de tomber. En redescendant le coteau, on croise Lounes, un peu essoufflé avec sa hotte sur le dos, porteur et chef d'équipe : "Quand on regarde la météo on essaie de faire vite pour rentrer tout au maximum, sinon franchement... chacun son rythme, on respecte ça !"

"Travail de cave"

Place maintenant au "travail de cave" : remplir les cuves et faire le meilleur vin possible. Le vigneron abandonne la vigne quelques semaines avant d'y retourner au moment des premières gelées, "pour les réparations et la taille pour l'année suivante", précise Georgian Buzea.

L'année suivante, les prochaines vendanges, certains les attendent avec impatience ! Ils s'appellent Daniel, Albert, Maud, Thomas et les autres...

REPORTAGE FRANCE BLEU LORRAINE/CLEMENT LACATON