Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les eaux de baignade du littoral basque scrutées à la loupe

lundi 27 août 2018 à 5:35 Par Valérie Menut, France Bleu Pays Basque

Le drapeau violet a souvent flotté sur les plages du littoral basque cet été. Cela signifie que la baignade est interdite, à cause d'un risque momentané de pollution. Et cette pollution, bactériologique, est détectée grâce à des analyses quotidiennes effectuées en laboratoire à Bidart.

Toute la saison estivale, d'Hendaye à Anglet, les eaux de baignade du littoral basque sont analysées pour vérifier leur qualité et que les vacanciers puissent en profiter en toute tranquillité. .
Toute la saison estivale, d'Hendaye à Anglet, les eaux de baignade du littoral basque sont analysées pour vérifier leur qualité et que les vacanciers puissent en profiter en toute tranquillité. . © Radio France - Valérie Menut

Pays Basque, France

Tout commence très tôt : alors que le vacancier est encore dans les bras de Morphée, entre 4h et 6h,  des baigneurs un peu spéciaux sont déjà à l'eau. Par équipe de 2, ils prélèvent des échantillons d'eau de mer selon un rituel bien codifié. Il faut à peu près un mètre d'eau, les échantillons doivent être prélevés à 30 cm de la surface et dans la zone de bain (ils ont même des coordonnées GPS pour être plus précis, même si bien entendu, il faut composer avec les marées et les conditions météo du jour).  

Ces baigneurs se jettent ainsi à l'eau tous les jours, entre le 15 mai et 30 septembre (sauf si la météo est trop dangereuse) sur les plages d'Anglet, Biarritz et Bidart, et prélèvent là 18 échantillons. Mais plusieurs fois par semaine, ils interviennent également sur les plages d'Hendaye à Guéthary. Ce sont ainsi, quotidiennement, entre 18 et 34 échantillons d'eau de mer qui arrivent au laboratoire de Rivages Pro Tech, à Izarbel à Bidart.

Là, ces petits flacons de 100 ml d'eau salée sont passés au crible. Les scientifiques vont rechercher la présence d'escherichia coli et d'entérocoques intestinaux, des bactéries témoins de contamination fécale. Le concept est simple : plus on en trouve dans l'eau, plus il y a de risques de rencontrer d'autres organismes pathogènes. Et les normes sont strictes : par exemple, 1 000 escherichia coli / ml et c'est la fermeture temporaire de la plage. Il y a des risques sanitaires de contracter une gastro-entérite, ou une infection, pour les personnes les plus sensibles.

Les échantillons sont analysés en 3 heures

Il faut récupérer le matériel génétique des bactéries (l'ARN). Pour mieux comprendre, écoutez Maiena Borthaire, responsable de laboratoire

Chaque échantillon de 100 ml d'eau de mer est d'abord filtré avant d'être analysé. - Radio France
Chaque échantillon de 100 ml d'eau de mer est d'abord filtré avant d'être analysé. © Radio France - Valérie Menut

Les résultats d'analyses sont prêts à 9h chaque matin. Ils sont alors transmis à l'Agglomération Pays basque et aux municipalités concernées. S'il les normes sont dépassées, c'est le maire de la commune qui décide de fermer temporairement la (les) plages(s) où la pollution est détectée. Cette année, depuis l'ouverture de la saison le 15 mai, on dénombre 44 fermetures sur Anglet (contre 37 sur l'ensemble de la saison l'an dernier, et 28 sur la saison 2016), 46 fermetures sur Biarritz. Un nombre conséquent dû aux forts orages de cet été, des trombes d'eau qui se sont abattues en quelques minutes et ont fait déborder les réseaux d'assainissement qui se sont déversés directement dans l'océan.

Résultats d'analyses - Radio France
Résultats d'analyses © Radio France - Valérie Menut

Si un risque est identifié lors des premières analyses, de nouveaux prélèvements sont effectués à 9h30, puis de nouvelles analyses, etc afin de déterminer la ré-ouverture des plages. Mais les scientifiques ne s'appuient pas seulement là-dessus. Des modèles de prévisions de la qualité des eaux complètent les analyses. Des prévisionnistes considèrent en temps réel des données telles la houle, l'ensoleillement, le risque de pluie, le débit des rivières etc pour anticiper d'éventuelles pollutions.

Des prévisions sont faites heure par heure, plage par plage, par une équipe de prévisionnistes coordonnée par Pierre-Jean Pouysségur, responsable de la modélisation prédictive à Rivages Pro Tech

Les prévisionnistes travaillent depuis Bidart à la surveillance de la qualité des eaux de baignade du littoral basque, mais aussi de Marseille. - Radio France
Les prévisionnistes travaillent depuis Bidart à la surveillance de la qualité des eaux de baignade du littoral basque, mais aussi de Marseille. © Radio France - Valérie Menut

Des bactéries qui n'aiment pas le soleil, ni le sel

Et on en sait un peu plus sur ces bactéries. Depuis un an et demi, des études sont réalisées dans ce laboratoire de Bidart pour mieux comprendre le temps de survie des escherichia coli et des entérocoques dans l'eau de mer. C'est le programme UR BIDEA, dont les résultats finaux sont d'ailleurs en cours de rédaction. 

Maialen Sagarduy, chargée de projet en environnement, nous dit tout sur les facteurs de mortalité des bactéries !