Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les fourmis à l'attaque de Saint-Désirat

mardi 7 avril 2015 à 7:11 France Bleu Drôme Ardèche

Chaque année, à Saint-Désirat dans le Nord Ardèche, les habitants guettent le printemps avec inquiétude. Quand les beaux jours reviennent, ils sont envahis par des millions de fourmis. La colonie qui s'étend sur 25 hectares est l'une des plus grandes d'Europe.

La "Lasius Neglectus" se réfugie en priorité dans les systèmes électriques
La "Lasius Neglectus" se réfugie en priorité dans les systèmes électriques © Hervé Hours

Des chercheurs de l'université Lyon 1 s'intéressent de près à la petite commune nord-ardéchoise de Saint-Désirat. Ils viennent de lancer une étude pour tenter de comprendre un phénomène bien particulier. Chaque été, la commune est envahie par des milions de fourmis. La "Lasius Neglectus" étend sa colonie, l'une des plus grandes d'Europe , sur près de 25 hectares de la commune.

Elle serait arrivée il y a une vingtaine d'années d'Espagne et remonte depuis la vallée du Rhône. Quand il fait trop chaud en été, cette fourmi invasive des jardins se réfugie dans les systèmes électriques et cause d'énormes dégâts.

Fourmis Saint-Désirat ENROBE 2

L'étude sur Saint-Désirat doit permettre de dresser une cartographie de la présence de l'espèce dans le Nord-Ardèche. Contrairement à ses congénères, la "Lasius Neglectus" multiplie les reines pondeuses, ce qui favorise son expansion. La mauvaise nouvelle, c'est qu'il n'y a pas vraiment de solution pour s'en débarrasser. Chaque habitant doit tenter de lutter au jour le jour, maison par maison.

Par :