Climat – Environnement

Les habitants des Aresquiers, près de Frontignan, refusent de quitter leurs cabanes

Par Romain Berchet, France Bleu Hérault et France Bleu samedi 1 octobre 2016 à 18:54 Mis à jour le samedi 1 octobre 2016 à 23:17

Voies navigables de France, propriétaire des 32 parcelles, ne veut plus prolonger les conventions de location
Voies navigables de France, propriétaire des 32 parcelles, ne veut plus prolonger les conventions de location © Radio France - Romain Berchet

Pour la première fois, les conventions d'occupation temporaire aux Aresquiers (Hérault) n'ont pas été renouvelées entre Voies navigables de France et les habitants. Les riverains devront quitter leurs cabanes le 31 décembre. L'État refuse de vendre les parcelles à cause du risque de submersion.

Les riverains des Aresquiers, à Frontignan (Hérault), gardent le sourire malgré le contexte. Ils ont reçu un courrier mi-septembre les informant qu'ils devront quitter leurs cabanes le 31 décembre prochain.

En effet, le propriétaire des 32 parcelles Voies navigables de France n'a pas renouvelé les conventions d'occupation avec les habitants. Les résidents ont donc tenté d'acheter les terrains auprès de VNF, en vain. La préfecture de l'Hérault a mis son veto.

Situé le long du canal du Rhône à Sète, le site des Aresquiers est en "zone rouge" selon le plan de prévention des risques d'inondation. Un argument vivement rejeté par les habitants des cabanes.

"Nous n'avons jamais été inondés. Il y a plus de risques du côté de Frontigan-Plage."

Claudine ne comprend pas les arguments de la Préfecture

Les habitants des Aresquiers refusent les arguments avancés par l'Etat - Radio France
Les habitants des Aresquiers refusent les arguments avancés par l'Etat © Radio France - Romain Berchet

Affiches, coupures de presse et communiqués, la colère des habitants s'affiche en grand aux Aresquiers. "Non à l’expulsion, nous restons", c'est le slogan sur l'une des banderoles qui interpellent à l'entrée du quartier. Elle est accrochée sur le balcon de Lucette, 84 ans, la doyenne des riverains.

"Je suis trop bien ici, j'y suis née. Je resterai quoi qu'il arrive. Je ferai de la résistance."

A 84 ans, Lucette est la doyenne des Aresquiers

Lucette, la doyenne du quartier, devant sa maison aux Aresquiers.  - Radio France
Lucette, la doyenne du quartier, devant sa maison aux Aresquiers. © Radio France - Romain Berchet

Les résidents des cabanes n'ont pas l'intention de partir. Fin décembre, les valises resteront sagement dans les placards. Le combat est désormais judiciaire : début novembre, les habitants des Aresquiers déposeront un recours devant le tribunal administratif de Montpellier.

Partager sur :