Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les maires de Paris et Bruxelles pour une journée sans voiture européenne

dimanche 16 septembre 2018 à 14:38 Par Xavier Demagny, France Bleu Paris et France Bleu

Anne Hidalgo, maire de Paris, et Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, proposent l'organisation d'une Journée sans voiture européenne alors que les deux capitales organisent déjà un événement de ce type ce dimanche.

Anne Hidalgo et Philippe Close, maires de Paris et Bruxelles.
Anne Hidalgo et Philippe Close, maires de Paris et Bruxelles. © AFP -

Dans une tribune publiée samedi par le HuffPost, Anne Hidalgo, maire de Paris, et Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, ont proposé l'organisation chaque année une Journée sans voiture européenne. Les deux villes organisaient par ailleurs ce dimanche une journée de ce type. 

"Nul n’ignore plus les effets désastreux des émissions polluantes liées au trafic routier sur la santé et le climat" écrivent les deux élus. "Dresser ces sombres constats ne suffit pas, il nous faut montrer qu’une autre ville est possible et désirable" poursuivent-ils. "La Journée sans voiture y concourt avec beaucoup d’efficacité. (...) Elle donne à imaginer ce que serait une ville tournée vers la mobilité durable et tournée vers l’avenir".

"Pensez autrement"

Une journée sans voiture, "c'est surtout une façon dire aux gens, ce jour-là, pensez autrement", a expliqué ce dimanche sur franceinfo Philippe Close. "L'enjeu, c'est aussi de dire que le défense de la planète ne doit pas toujours être subie et être une contrainte, poursuit-il. La journée sans voiture a un gros succès pour ça (à Bruxelles), parce que les gens découvrent nos villes, les villes où ils vivent, d'une façon différente et ludique." 

L'élu explique l'urgence à laquelle il est confronté : "Bruxelles est l'une des villes les plus embouteillée du monde", il y a une vraie urgence par rapport à ça, mais le pari qui est fait, c'est de ne plus sacrifier les quartiers au "tout automobile". On a plus de 8 000 personnes par an qui meurent à cause des particules fines et à cause de la pollution de l'air en général. Au-delà du monde politique, c'est aussi la population qui se réveille, que ce soit près des écoles ou dans les environnements urbains. Donc il y a urgence et toutes les mesures qui permettront d'aider à la prise de conscience mais aussi à la prise de décision doivent être soutenues, d'où l'idée de cette journée européenne."