Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Les ordures ménagères d’une grande partie du Var passées au peigne fin

-
Par , France Bleu Provence

C’est une opération surprenante et très rare en France ! Le syndicat qui gère le traitement des ordures ménagères d’une grosse partie du Var (le Sittomat) ouvre les sacs poubelles collectés et leur fait passer un véritable scanner. Objectif : optimiser le tri des déchets.

Deux cent quarante échantillons d'ordures ménagères vont être ouverts et inventoriés
Deux cent quarante échantillons d'ordures ménagères vont être ouverts et inventoriés © Radio France - Sophie Glotin

Toulon, France

Le Sittomat (Syndicat intercommunal de transport et de traitement des ordures ménagères de l'aire toulonnaise), qui gère la collecte et le traitement des déchets de 38 communes de Saint-Cyr-sur-Mer à Saint-Tropez en passant par Toulon (soit près 600.000 habitants) met le nez dans nos poubelles. Plus de 28.000 kilos d’ordures ménagères vont être inspectés jusqu’en janvier prochain, soit 240 échantillons de 120 kilos chacun. Le syndicat veut savoir ce qu’il y a vraiment dans nos poubelles pour, à terme, optimiser le tri de nos déchets. 

Cette opération s’appelle "une caractérisation des ordures ménagères". Trois ingénieurs en environnement prélèvent tous les matins les sacs poubelles qui arrivent à l'usine de valorisation des déchets de Toulon-Lagoubran. Ils ouvrent les sacs et trient les déchets par catégorie : l’alimentation, le plastique, le verre, le carton, le textile... Un tri très fin puisqu’il y a 13 catégories et 51 sous-catégories

Une photographie très précise des déchets jetés 

Le Sittomat veut en fait obtenir une photographie très précise, ville par ville ou quartier par quartier, des déchets jetés mais qui pourraient encore être recyclés ou compostés. "Nos ordures ménagères sont passées au scanner pour savoir, au gramme près, ce que nous pouvons encore trier" précise Jean-Guy Di Giorgio, président du Sittomat. Le syndicat adaptera son offre de tri en fonction des résultats : des conteneurs pour le recyclage du papier pourraient être ajoutés dans les communes qui ne trient pas assez le papier. Ou, au contraire, des conteneurs pour le recyclage du verre pourraient disparaître de certains quartiers. 

Plus d'un quart des déchets pourrait encore être recyclé

Les résultats de la première campagne de « caractérisation », celle réalisée entre juillet et septembre 2018, montrent que chaque habitant jette en moyenne 433 kilos d’ordures ménagères par an. Sur ces 433 kilos, 27% pourrait encore être recyclé. Les déchets alimentaires et le plastique surtout.

Dis-moi ce que tu laisses dans tes poubelles, je te dirai comment tu vis

Cette opération de caractérisation a également une autre vertu : elle dévoile nos habitudes de consommation et raconte un peu nos vies. "C’est la base d’une étude sociologique. C’est pour cela que nous l’avons réalisée quartier par quartier. En fonction des quartiers et du niveau social, nous ne trouvons pas la même chose dans les poubelles. Il y a très peu de verre par exemple dans les centres-villes. Cette étude c’est un peu : "Dis-moi ce que tu laisses dans tes poubelles, je te dirai comment tu vis", conclut Jean-Guy Di Giorgio.

Des sacs poubelles collectés au Castellet avant d'être inspectés par les ingénieurs - Radio France
Des sacs poubelles collectés au Castellet avant d'être inspectés par les ingénieurs © Radio France - Sophie Glotin
Les déchets sont ensuite triés par catégorie puis sous-catégorie - Radio France
Les déchets sont ensuite triés par catégorie puis sous-catégorie © Radio France - Sophie Glotin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu