Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les pelouses synthétiques niçoises dans le viseur des écologistes

mardi 9 octobre 2018 à 6:02 Par Pauline Renoir, France Bleu Azur

Remplis de produits toxiques, les gazons des terrains de football synthétiques sont un vrai danger sanitaire et environnemental selon Les Verts qui siègent au conseil municipal de Nice. Les pelouses sont composées de milliers de fragments de pneus. Deux élus interpellent Christian Estrosi.

Terrain de football synthétique (image d'illustration)
Terrain de football synthétique (image d'illustration) © Maxppp - Franck Dubray PHOTOPQR

Nice, France

Chaque jour à Nice, des milliers de passionnés foulent les pelouses synthétiques des terrains de football. Prennent-ils un risque sans le savoir ? C'est ce qu'assurent deux élus écologistes niçois. Ils interpellent le maire pour qu'un composant du faux gazon soit retiré. Il s'agit des petits morceaux de caoutchouc noir que vous voyez entre les brins d'herbes artificielles. Ce sont des granulats utilisés pour vous empêcher de glisser lorsque vous courrez après le ballon. Sauf que ces petites billes noires sont des fragments de pneus, hautement toxiques selon les écologistes. 

"Chaque terrain de football synthétique est une décharge à ciel ouvert." Fabrice Decoupigny, conseiller municipal Europe Écologie-Les Verts accuse et interpelle les élus niçois. Avec lui, une autre élue écologiste à la mairie de Nice, Juliette Chesnel-Le Roux. Tous deux veulent que ces granulats de pneus soient retirés et remplacés par des fragments de liège ou de noix de coco. Ce procédé naturel est déjà testé en Isère et en Loire-Atlantique. D'autres département français décident même de bannir complètement les granulats de pneus des terrains. 

Un terrain de football synthétique = 25.000 pneus

Selon les deux élus qui s'appuient sur un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) publié en septembre dernier, les granulats présent un risque pour la santé et pour l'environnement. Ils contiennent des métaux lourds, des hydrocarbures aromatiques, du benzène. Autant de produits chimiques qui, à contact prolongé, pourraient être à l'origine de cancers. Sauf que l'Anses et l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) précisent que les dosent contenues dans ces granulats ne dépassent par les normes autorisées et ne présentent qu'un risque "très faible" pour la santé. 

Depuis la diffusion d'une enquête d'Envoyé Spécial sur France 2 en février dernier, les professionnels du synthétique s'inquiètent pour leur image. Certains ont même vu leur chiffre d'affaires baisser. Jérémie Nataf, le gérant de Sport et Jardin à Villeneuve-Loubet, regrette qu'on pointe du doigt les gazons synthétiques. "Les naturels sont entretenus avec des tonnes de produits chimiques pour rester verts," argumente-t-il. Les fabricants demandent au ministère de la Santé de commander de nouvelles études sur les petites billes en caoutchouc. Pour se positionner clairement sur le sujet et peut-être lever le doute sur leur dangerosité.

La mairie de Nice n'a pas souhaité répondre à nos questions. Il se murmure que Christian Estrosi pourrait annoncer le lancement d'une technique écologique pour empêcher la pollution aux granulats sur les terrains de football synthétiques à Nice. Annonce qui pourrait se faire jeudi prochain à l'issue du conseil municipal.