Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les pistes de l'Eurométropole pour éviter de nouvelles inondations

vendredi 15 juin 2018 à 15:42 Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

L'Eurométropole part en lutte contre les inondations pour ne plus revivre les épisodes des dernières semaines. Un plan d'action sera dévoilé à l'automne mais on connait déjà quelques pistes de réflexion.

Les coulées de boue en Alsace
Les coulées de boue en Alsace © Maxppp -

Strasbourg, France

Les inondations des dernières semaines ont touché 14 communes de l'Eurométropole. Cette dernière réfléchit donc à des mesures pour éviter que ces événements désastreux ne se reproduisent. De grandes orientations seront dévoilées à l'automne mais on sait déjà autour de quels axes elles devraient s'articuler. 

Pas de digues toujours plus hautes

L'Eurométropole ne veut pas privilégier la méthode dure. C'est à dire construire des digues toujours plus hautes, des bacs de rétention toujours plus grands et surtout toujours plus coûteux. Sauf, bien sûr, s'il n'y a pas d'autres solutions. La digue à Holtzheim a été, par exemple, renforcée. Mais des méthodes plus douces existent. Elles sont moins chères et tout aussi efficaces.

Recréer des barrières naturelles

Aux abords des villes, il y a de moins en moins d'obstacles pour arrêter l'eau. L'urbanisation excessive l'empêche de s’infiltrer dans le sol. Les terres agricoles ne représentent pas des remparts suffisants.

L'idée serait donc déjà de rhabiller le paysage agricole. Replanter des haies et des vergers entre les champs. Laisser des zones végétales denses non-cultivées. Tout ça pour ralentir la course de l'eau.

Il faudrait aussi revoir la manière de labourer en faisant des sillons perpendiculaires à la pente et pas parallèles pour éviter de créer de véritables torrents. 

Indemniser les agriculteurs 

Tous ces réaménagements représentent un coût pour les agriculteurs. Tout comme le fait de ne pas cultiver certains morceaux de parcelles pour y laisser la végétation se développer de manière abondante.

Donc l'Eurométropole va entamer des négociations avec la chambre d'agriculture pour imaginer un système d’indemnisations pour les exploitants. L'idée étant de payer pour s'adapter à la nature plutôt que pour en réparer les dégâts.