Climat – Environnement

Les pompiers de la Vienne et des Landes réalisent un brûlis dirigé dans la réserve naturelle du Pinail

Par Thomas Benech, France Bleu Gascogne et France Bleu Poitou mercredi 28 septembre 2016 à 22:00

Les pompiers de la Vienne doivent surveiller la progression des flammes et encadrer ce brûlis dirigé.
Les pompiers de la Vienne doivent surveiller la progression des flammes et encadrer ce brûlis dirigé. © Radio France - Thomas Bénech

Voilà 3 ans qu'il n'y avait plus eu de brûlis organisé dans cette réserve de 135 hectares située à Vouneuil-sur-Vienne. Ce mercredi, une quarantaine de pompiers venus de la Vienne mais aussi des Landes ont allumé un feu encadré pour régénérer la végétation sur place.

C'est peu avant 14h que la mise à feu démarre. Elle est orchestrée par 4 pompiers des Landes venus spécialement pour cette opération. Expérimentés pour ce type de procédure, ils se munissent de brûleurs, mettent d'abord le feu sur un petit périmètre pour voir comment il réagit par rapport à la météo du moment. Ensuite ils reproduisent l'opération à différents endroits, aux extrémités du périmètre choisi pour ce brûlis. Les flammes n'ont alors plus qu'à faire leur travail et les pompiers de la Vienne à surveiller et encadrer l'évolution des flammes. Il s'agit d'éviter toute propagation aux alentours et de rester maître du feu du début à la fin de la manoeuvre prévue pour durer tout au long de l'après-midi.

10 hectares brûlés sur la réserve

Au total 10 hectares de brande du Poitou ont été brûlés sur un périmètre délimité dans le cadre de la gestion de la réserve nationale naturelle du Pinail. C'est le 25ème brûlis organisé sur place depuis 1994, et cela faisait 3 ans qu'il n'y en avait pas eu. L'opération doit permettre de régénérer la végétation sur place. Une végétation qui se développe grâce au passage du feu, d'où ce brûlis. Certaines plantes vont voir leurs graines germer plus facilement au contact de la chaleur. Cela permet de bénéficier sur la réserve d'un écosystème plus riche, il s'agit donc de le préserver, favoriser son développement. Mais ce n'est pas le seul intérêt de ce brûlis.

Cette opération permet aussi d'éviter de grands incendies (comme ce fut le cas en 1991 sur la réserve) qui pourraient aller jusqu'à la forêt domaniale de Moulière à proximité, car là ce serait plus dommageable pour la végétation, en particulier pour les vieux chênes". Pascal Dubech, conservateur de la réserve du Pinail.

Pompiers et personnels de la réserve face aux flammes. - Radio France
Pompiers et personnels de la réserve face aux flammes. © Radio France - Thomas Bénech

Ce brûlis permet aussi, la chasse étant interdite sur la réserve, de limiter la création de zones de refuges pour les sangliers, sangliers qui peuvent ensuite faire des dégâts sur les cultures avoisinantes. Viendra, à l'issue des manoeuvres, l'évaluation du brûlis réalisé. Il faudra quelques jours voire 6 à 7 ans pour permettre à la brande de se régénérer totalement. Un deuxième brûlis devait avoir lieu aujourd'hui mais il est repoussé en raison de la météo.

Les pompiers du SDIS 86 surveillent l'évolution du brûlis dirigé. - Radio France
Les pompiers du SDIS 86 surveillent l'évolution du brûlis dirigé. © Radio France - Thomas Bénech

Partager sur :