Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement DOSSIER : COP24 - Quarante-quatre initiatives pour sauver la planète

COP24 - Les producteurs de luzerne viennent au secours des abeilles dans la Marne

lundi 26 novembre 2018 à 3:01 Par Aurélie Jacquand, France Bleu Champagne-Ardenne

Pendant trois ans, les producteurs de luzerne ont apporté leur aide aux apiculteurs de la Marne en mettant à disposition une partie de leurs terres.

La luzerne cultivée est une plante très résistante à la sécheresse,
La luzerne cultivée est une plante très résistante à la sécheresse, © Maxppp - Christian Watier

Marne, France

L’expérience a duré trois ans. Chaque année, 90 hectares de luzerne n’étaient pas fauchés pour permettre aux abeilles de butiner. La luzerne a l'avantage de fleurir plusieurs fois dans l’année, même en été.

La Marne est un département de grandes cultures. Il y a du colza au printemps, un peu de tournesol et de la luzerne qui fleurit régulièrement d'avril à octobre. Les abeilles ont donc toujours des parcelles de luzerne en fleur. Il faut dire aussi que la plante fourragère est très résistante à la sécheresse. 

« La luzerne nous permet d'avoir du miel mais aussi d'avoir des ruches plus fortes et donc de limiter la mortalité des abeilles », explique Jean-François Maréchal, apiculteur dans la Marne. Même si dans la Marne ce taux de mortalité des abeilles est plus bas qu’ailleurs en France. Il est d'environ 15%..

Une expérience concluante mais...

L'expérience s'est révélée concluante mais elle difficile à généraliser pour l'instant car il y a une perte de production sur les surfaces de luzerne non fauchées. « C'est une perte pour les producteurs mais aussi pour la coopérative. Donc on attend des aides financières pour étendre cette expérience », martèle Alexandre Lelaurin, de Luzéal, première coopérative française de déshydratation, produisant 35 % de la production nationale de luzerne déshydratée. 

Les producteurs de luzerne et les apiculteurs marnais lancent donc un appel aux collectivités et espèrent s'appuyer sur cette expérimentation pour les convaincre.