Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les producteurs de noix de Dordogne demandent la reconnaissance de calamité agricole

jeudi 12 juillet 2018 à 17:52 Par Harry Sagot, France Bleu Périgord

La tempête du mercredi 4 juillet a sans doute arraché 5 à 7 000 noyers dans le nord de la Dordogne. La chambre d'agriculture et la direction de l'agriculture préparent ensemble la demande de reconnaissance de calamité agricole.

Pierre Delaire a perdu au moins 150 de ses 2 500 noyers
Pierre Delaire a perdu au moins 150 de ses 2 500 noyers © Radio France - Harry Sagot

Dordogne, France

Moins d'une semaine après la tempête qui a balayé leurs vergers, les producteurs de noix de Dordogne commencent à dresser le bilan des dégâts . Des milliers de noyers ont été déracinés, mais davantage ont perdu des branches ou leurs fruits. 

La reconnaissance de calamité agricole est une procédure est longue, mais dès cette semaine, le conseiller arboricole de la chambre d'agriculture et une technicienne de la direction départementale de l'agriculture ont visité une dizaine de noyeraies sinistrées, pour préparer la demande qui sera adressée au ministère de à l'automne.

Le fond de calamité agricole ne peut indemniser qu'un quart des pertes au maximum

Si la calamité agricole est reconnue pour les noyeraies du Périgord, les producteurs de noix pourront toucher des aides pour replanter de nouveaux arbres. L'indemnisation est limitée à 25% des pertes à partir de 1 000 € de pertes, et réservée aux chefs d'exploitation, ce qui exclut les retraités.

Certaines parcelles ont été complètement ravagées, les arbres qui ont le plus souffert sont les noyers de 25 à 30 ans, qui étaient très chargés en fruits" - Didier Méry, conseiller arboricole de la Chambre d'agriculture.

A Sorges par exemple, environ 150 noyers sur 2 500 ont été déracinés chez Pierre Delaire. La récolte s'annonçait pourtant très belle, avec beaucoup fruits sur les branches. C'est un coup dur pour ce nuciculteur de 60 ans, qui ne profitera pas de la récolte des arbres qu'il va replanter.