Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Les riverains en colère après un nouveau report de la fermeture de la décharge de Castries

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Hérault

Près de 70 personnes se sont rassemblées sur le site de la décharge de Castries. Elle aurait dû fermer ses portes, mais elle restera en activité, au moins jusqu'à la fin de l'année. Les riverains dénoncent un manque d'informations et d'explications de la part de la Métropole de Montpellier.

La décharge de Castries ne fermera pas ses portes avant fin 2019 minimum
La décharge de Castries ne fermera pas ses portes avant fin 2019 minimum © Radio France - Sophie Eychenne

Castries, France

Ils auraient dû fêter la fermeture de la décharge de Castries, promise l'année dernière après dix ans de lutte. Mais les habitants de Guzargues, Teyran, Montaud ou encore Saint-Drézéry devront encore supporter les odeurs pestilentielles et la pollution dégagées par les montagnes de déchets.

Environ 70 riverains se sont réunis sur le site, le samedi 11 mai. Un nouveau rassemblement pour se rendre compte de l'étendue du désastre écologique et pour interpeller les élus de la Métropole de Montpellier.

Prolongation jusqu'à fin 2019 minimum

La durée d'exploitation du Centre de stockage des déchets ultimes la Métropole de Montpellier à Castries  est prolongée au moins jusqu'à la fin de l'année 2019, voire jusqu'au remplissage du deuxième casier, la fosse où les déchets sont entreposés. Il comporte déjà 300 000 tonnes de déchets, pour un maximum de 400 000 tonnes.

Marie-Noëlle Sibieude copréside l'ACIDC, l'association collectif intercommunal décharge de Castries dénonce les mensonges de la Métropole. "Nos politiques ne peuvent pas abandonner un site qui a subi tant de dégâts. On vient d'écrire à la préfecture pour avoir l'arrêté préfectoral, introuvable sur leur site Internet. On veut des informations concernant cette prolongation", déclare-t-elle.

La faune et la flore de plus en plus menacées

Le collectif  accuse. Selon ses membres,l'air et la nappe phréatique sont de plus en plus pollués. Autour du site, la faune et la flore sont extrêmement menacées. Depuis l'ouverture de la décharge, douze espèces ont disparu ou sont en voie importante de disparition. "L'aigle de Bonelli nichait ici, il n'y niche plus", dénonce Marie-Noëlle Sibieude. "C'est une espèce protégée et extrêmement rare, il ne reste que deux couples dans la région".

L'ACIDC et les riverains restent mobilisés. Pour Marie-Noëlle Sibieude, il s'agit de "protéger les générations futures".