Climat – Environnement DOSSIER : Fessenheim : la plus ancienne centrale nucléaire de France

Les 850 salariés de la centrale nucléaire de Fessenheim appelés à une grève de 48h

Par Céline Rousseau et Olivia Cohen, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 23 janvier 2017 à 5:32

Une grève de 48h à compter de ce lundi 23 janvier 6h du matin à la centrale nucléaire de Fessenheim
Une grève de 48h à compter de ce lundi 23 janvier 6h du matin à la centrale nucléaire de Fessenheim © Maxppp -

L'intersyndicale de la centrale nucléaire de Fessenheim appelle une grève de deux jours. Le mouvement a débuté à 6 h ce lundi matin et doit se poursuivre demain, alors que se tiendra en région parisienne un conseil d'administration crucial pour l'avenir du site alsacien.

Les 850 salariés d'EDF qui travaillent à la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) sont appelés à faire grève depuis 6 h ce lundi matin. Un mouvement qui doit durer 48 h et qui est destiné à faire pression sur les administrateurs d'EDF. Ces derniers devront se prononcer mardi sur le projet de fermeture anticipée de la plus vieille centrale nucléaire de France.

Jean-Luc Cardoso, délégué syndical CGT à la centrale nucléaire de Fessenheim, est contre la fermeture :

On leur demande d'agir en leur âme et conscience de prendre la bonne décision pour l'avenir de Fessenheim, il faut agir dans l'intérêt de la France et de Fessenheim ! On a un piquet de grève avec un filtrage pour l'accès du site. Il y a 90% de grévistes dans les équipes de conduite, 100% de grévistes à la protection de site.

Ils affirment qu'il n'y aura pas de baisse de production d'énergie car ils reçoivent des messages de sécurité réseau qui interdissent toute baisse de charge : "ça garantit que le réseau d'électricité ne va pas s'écrouler."

LIRE AUSSI : Fessenheim : pourquoi le conseil d'administration d'EDF est décisif pour l'avenir de la centrale nucléaire

Le maire de Fessenheim Claude Brender est lui aussi contre cette fermeture :

Ce n'est pas aux politiques de décider d'une décision aussi impactante à trois des élections. Toute l'intercommunalité derrière sera impactée et se reconvertir en quelques mois c'est impossible !

Dans une lettre ouverte adressée aux administrateurs d’EDF, les membres du comité d’établissement de Fessenheim, expliquent que "la fermeture anticipée de la centrale nucléaire de Fessenheim serait incohérente et irresponsable. Après l’accord COP 21 à Paris, la France se doit d’être exemplaire dans ses choix de politique énergétique en faveur de la réduction de l’empreinte carbone et de l’efficacité énergétique. Dès lors, rien ne justifie la fermeture anticipée d’une centrale nucléaire, moyen de production électrique très peu émetteur de CO2 (...)

Un tel gâchis financier, industriel, social et climatique reviendrait à spolier EDF"- lettre ouverte des élus du CE aux administrateurs d'EDF

"Par ailleurs, l’indemnité proposée pour la fermeture anticipée du site de Fessenheim ne couvre en aucun cas le préjudice subi par l’entreprise", poursuivent les élus du comité d'établissement. "Un tel gâchis financier, industriel, social et climatique reviendrait à spolier EDF, à pousser l’entreprise à sacrifier ses propres intérêts patrimoniaux et plus largement à mépriser l’ensemble des agents d’EDF et des prestataires de la filière nucléaire française, ainsi que l’Autorité de Sûreté Nucléaire (...) Nous vous demandons de refuser le sacrifice de notre patrimoine, d’autant plus qu’il n’y a aucune urgence à prendre cette décision".