Climat – Environnement

Les viticulteurs bourguignons valident le projet de Cités des Vins de Bourgogne

Par Justine Dincher, France Bleu Auxerre et France Bleu Bourgogne lundi 19 décembre 2016 à 21:15

Les membres du BIVB, réunis en assemblée générale à Beaune.
Les membres du BIVB, réunis en assemblée générale à Beaune. © Radio France - Justine DINCHER

Trois "Cités des Vins de Bourgogne" devrait être construites dans les prochaines années à Beaune, Chablis et Mâcon. Les membres du Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne ont validé les projets, lors d'une assemblée générale ce lundi.

C'est une étape importante ! Après six ans de réflexion, les professionnels du vin ont donné leur accord pour la création d'un réseau de "Cités des Vins de Bourgogne". Réunis en assemblée générale à Beaune, les membres du BIVB (Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne) ont voté ce lundi, à 72% pour ce projet.

Trois villes ambassadrices

Il s'agit de la création de trois centres touristiques : un à Beaune en Côte-d'Or, un autre à Chablis dans l'Yonne et un à Mâcon, en Saône-et-Loire. Ces "cités" ressembleront, en quelques sortes, à des musées modernes. Elles permettront de promouvoir nos traditions, notre histoire, liées au vin.

Dans chaque centre, il y aura des salles d'exposition, des boutiques, ou des ateliers de dégustation par exemple. "Une grande région viticole se devait d'avoir ces cités", s'est réjouit Louis-Fabrice LATOUR, président du BIVB, après le vote.

À Beaune, le centre sera construit au Sud-Est de la Ville, près de l'autoroute A6, sur un site de 10 hectares. Il sera entouré d'un hôtel 5 étoiles, une grande halle de réceptions, une galerie marchande et deux restaurants. A Chablis, le site ouvrira dans le cellier du Petit-Pontigny et à Mâcon, il sera installé dans les locaux actuels de la Maison des vins du BIVB.

Coût total : 16,6 millions d'euros

La construction de ces centres devrait coûter 16.6 millions d'euros. Les frais seront portés en grande partie par des fonds publics (villes, Région, Départements, Union Européenne, etc.). Le reste des dépenses (3 millions d'euros) sera assumé par le BIVB, qui devrait devenir le gestionnaire principal de ces "cités".

L'ouverture de ces musées est prévue d'ici trois à quatre ans. Le BIVB espère accueillir 220.000 visiteurs en moyenne chaque année, sur les trois sites.

Une fusion avec le Beaujolais ?

La fusion avec les vignobles du Beaujolais a également été évoquée lors de cette assemblée générale. Pour Louis-Fabrice Latour, la fusion prendra du temps. "Il y a des réticences, mais il y a une volonté de travailler ensemble, c'est le sens de l'Histoire !"

La semaine dernière déjà, les deux syndicats d'entreprises de négoce ont fusionné. "Il ne faut pas passer en force", rassure Louis-Fabrice LATOUR, "ça peut prendre un, deux ou cinq ans pour les interprofessions !".

Le BIVB envisage également une fusion avec les Vins du Jura.