Climat – Environnement

Ligne THT Avelin-Gavrelle : le ministère de l'environnement signe la déclaration d'utilité publique

Par Hélène Fromenty, France Bleu Nord vendredi 6 janvier 2017 à 6:00

Les opposants au projet prévoient de déposer un recours en justice contre la déclaration d'utilité publique.
Les opposants au projet prévoient de déposer un recours en justice contre la déclaration d'utilité publique. © Maxppp - Philippe Pauchet / La Voix du Nord

Ce document publié au Journal Officiel dimanche 1e janvier va permettre à RTE, la filiale d'EDF qui porte le projet, de lancer les travaux dans les mois à venir. Les opposants vont saisir la justice.

L'année débute mal pour les opposants à la ligne à Très Haute Tension (THT) Avelin-Gavrelle. La déclaration d'utilité publique de ce projet a été signée par la ministre de l'environnement Ségolène Royal et publié au Journal Officiel dimanche 1er janvier.

Depuis 2011, Réseau de Transport d'Electricité (RTE), une filiale d'EDF, porte ce projet. Concrètement, il s'agit de relier les postes électriques d'Avelin, au sud de Lille, et de Gavrelle, dans le bassin minier, par une la ligne aérienne à très haute tension : 400 000 volts sur 30 kilomètres de long.

Opposants pas entendus

Pour RTE, cela doit permettre un meilleur approvisionnement de la zone - 533 communes et près de 2 millions de personnes sont concernées - en ressources électriques.

Mais du côté de l'opposition, des habitants des environs, et aussi certains élus locaux, ce projet "au budget mirobolant" - près de 135 millions d'euros - ne passe toujours pas.

Ils estiment qu'au cours des derniers mois leurs arguments n'ont tout simplement pas été entendus, ni par RTE, ni par le ministère.

"Nous sommes en colère. Ce monstre va causer des risques sanitaires et dévaloriser notre patrimoine." Jean-Marie Thibault, le président du Rassemblement pour l'évitement des lignes électriques dans le Nord (RPEL 59).

Pour Alain Duchesne, maire de Tourmignies, une commune qui sera probablement traversée par la future ligne THT, le processus démocratique n'a pas été respecté.

"Je trouve cela extrêmement dommage. Nous ne sommes pas là pour empêcher le projet, mais pour dire qu'on peut le faire autrement. Ce projet va balafrer notre belle Pévèle. Alain Duchesne, maire de Tourmignies.

5 ans de consultation

De son côté RTE estime qu'au terme de 5 ans de consultations, les avis de chacun ont été pris en compte.

"Il y a eu des réunions publiques, une enquête publique auprès des citoyens... Tout a été fait de manière très ouverte pour démontrer le bien fondé de ce projet et pour qu'il soit adapté aux besoins du territoire." Christian Aucourt, délégué régional RTE Hauts-de-France.

Les opposants espèrent que les tribunaux reconnaîtront la dimension européenne - et non plus locale - de ce projet. Selon eux, cela permettrait à RTE d'obtenir des financements de l'UE pour enfouir les câbles de la ligne THT.

Une option qu'ils défendent depuis le début mais que RTE n'envisage toujours pas. Car enterrer ces câbles ne serait viable, ni économiquement, ni techniquement, d'après l'entreprise.

Mise en service en 2021

Pour les semaines à venir, RTE promet donc une nouvelle phase de discussion locale pour définir avec précision le tracé de la ligne. Les entreprises qui participeront au chantier devraient aussi être consultées.

L'entreprise table sur un début des travaux vers mi-2019, et une mise en service autour de 2021.