Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Limoges: avec une météo digne d'un mois de mai, plantes et jardiniers ne savent plus trop sur quel pied danser !

dimanche 24 février 2019 à 8:20 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin

Un thermomètre qui affiche 20° à l'extérieur, pas un nuage à l'horizon. La météo de ces derniers jours est digne d'un mois de mai. Les plantes et les arbres sont déboussolés et les jardins familiaux sortent doucement de leur hibernation.

Dans les jardins familiaux du Val d'Auzette à Limoges, les jardiniers comme Daniel s'activent depuis quelques jours.
Dans les jardins familiaux du Val d'Auzette à Limoges, les jardiniers comme Daniel s'activent depuis quelques jours. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Ce samedi après midi de février a des airs de mois de mai. Pas un nuage à l'horizon et un thermomètre qui affiche 17° à 20° à l'extérieur. A Limoges, les parcs attirent les familles en balade, mais certains ont choisi de chausser des bottes, enfiler des gants , direction leur jardin. 

Le bal des grues cendrées et le retour des jardiniers

Dans les jardin familiaux du Val d'Auzette, Jocelyne observe depuis quelques jours déjà un drôle de remue-ménage : "Les gens reviennent, tout doucement. Ils ne se dépêchent pas. Ils viennent faire un petit tour."  Doucement, car le beau temps a surpris beaucoup de monde comme Daniel, une bêche à la main. _"Au mois de février normalement on est à la maison, au chaud, et pas au jardin !"_. Dans sa parcelle, il s'active et profite de cette météo printanière "c'est la saison pour bêcher, labourer. Une fois que j'ai terminé de bêcher je plante des oignons, des petits pois, de l'ail" explique le jardinier qui regarde les grues cendrées passer dans le ciel bleu azur

Dans les jardins familiaux du Val d'Aubette à Limoges les jardiniers commencent à bêcher et semer. - Radio France
Dans les jardins familiaux du Val d'Aubette à Limoges les jardiniers commencent à bêcher et semer. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Pour lui, pas de doute le printemps est là, mais tout ça ne tourne pas très rond, car les volatiles aussi sont en avance cette année. "Il n'y a plus grand chose de normal maintenant" constate Daniel, "C'est tout à l'envers ! Ce n'est pas normal qu'à cette période de l'année il fasse 17 ou 19° l'après midi !" Jocelyne aussi a constaté les nombreux vols de grues cendrées tout au long de ce samedi après midi. "Il fait beau, ça fait plaisir !" lance-t-elle avant de poursuivre moins optimiste " Disons que c'est le "après" qui inquiète, on a peur qu'il fasse mauvais" 

Pêcher et primevères en avance, camélias à l'arrêt

Daniel a aussi remarqué que la météo a quelque peu chamboulé le pêcher sur la parcelle de son voisin. Les bourgeons sont déjà là. "Je sens que quelque chose ne va pas" lâche Jean-Marie le voisin de parcelle de Daniel, il s'inquiète d'un effet "yoyo" de la météo. "J'ai peur, parce que le pêcher est presque en fleurs, et si ça gèle, c'est cuit ! On aura tout perdu!" . 

Le retour des gelées et du froid c'est aussi ce que craint Karine, horticultrice. _"Pour nous professionnels cela pourrait être délicat à gérer_. On aura des plantes qui ont démarré, à qui on aura donné beaucoup d'eau pour tenir et d'un seul coup il faudra freiner pour éviter qu'elles attrapent froid à leurs racines, et dessus et ça va les bloquer." Elle résume "c'est comme si on les faisait passer au printemps, puis de nouveau brutalement à l'hiver". 

Dans les serres de Karine, les insectes aussi sont en avance comme les abeilles et les papillons. - Radio France
Dans les serres de Karine, les insectes aussi sont en avance comme les abeilles et les papillons. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

De quoi les déboussoler un peu plus encore, car sous les serres le thermomètre atteint 27° et si la chaleur est digne d'un mois de mai, la lumière elle, demeure celle d'un mois de février avec un soleil qui se couche tôt. Les primevères sont par exemple bien trop en avance " _Normalement, elles auraient dû être là mi-mars avec une belle floraison"explique Karine, avant de détailler"Là, on va déjà être sur un premier nettoyage alors qu'on est fin février._ C'est à dire que l'on va déjà enlever des fleurs fanées". A l'inverse les camélias qui sont sous les serres, sont eux comme tétanisés "Ils n'ont presque pas décollés. Ils en seraient presque à perdre leurs boutons tellement ils ont été surpris par cette chaleur !" constate-t-elle. 

... et dans les serres de Karine, les clients aussi sont en avance ! 

Karine constate que les clients aussi sont un peu en avance. "Cette semaine on m'a demandé où en étaient les géraniums, on m'a demandé des plants de pétunia" mais pour l'horticultrice, pas question de bousculer les habitudes et la nature même si la météo a pris une longueur d'avance. 

Cette semaine on m'a demandé des plants de pétunias !- Karine, horticultrice 

Elle explique donc à ses clients qu'il faut être patient "on vient juste de semer les pétunias, il y a tout juste deux ou trois petites feuilles sorties, ils seront prêts fin avril début mai, comme d'habitude !" mais elle l'avoue, lorsqu'elle jette un oeil sur les pots de géraniums, ils sont déjà bien en avance eux aussi. Autre demande de certains clients : les plants de tomates... et même de courges ! Là aussi Karine les met en garde "Ca ne sert à rien de planter trop tôt et d'avoir des plants trop tôt ! _Il faut que la luminosité soit suffisamment importante et que l'on soit sûr qu'il n'y ait pas trop d'écart de température entre la nuit et le jour_

Des précautions que les jardiniers des jardins familiaux du Val d'Auzette respectent eux aussi scrupuleusement. En attendant d'être sûrs que les gelées sont bel et bien terminées peu d'entre eux se sont risqués à planter autre chose que les traditionnels oignons, échalotes, ail ou petits pois. Certains, en revanche, ont déjà profité de leur premier barbecue de l'année !

Certains ont profité de leur premier barbecue de l'année dans leur jardin !  - Radio France
Certains ont profité de leur premier barbecue de l'année dans leur jardin ! © Radio France - Delphine-Marion Boulle