Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dans les rues de Strasbourg, ce mardi soir.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait de la fusillade qui a fait au moins trois morts et 12 blessés

Climat – Environnement

Limoges : un millier de personnes ont marché pour le climat

samedi 13 octobre 2018 à 12:21 Par Delphine-Marion Boulle, France Bleu Limousin et France Bleu

Près d'un millier de personnes ont défilé ce samedi en fin de matinée dans les rues de Limoges. Militants ou simples citoyens ils souhaitent alerter sur l'urgence climatique avec un slogan : "il est encore temps".

En fin de matinée,  près d'un millier de personnes ont quitté le parvis de la mairie de Limoges direction la préfecture de la haute-Vienne à l'occasion de la Marche pour le climat.
En fin de matinée, près d'un millier de personnes ont quitté le parvis de la mairie de Limoges direction la préfecture de la haute-Vienne à l'occasion de la Marche pour le climat. © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

Près d'un millier de personnes se sont réunies sur le parvis de la mairie de  Limoges avant de s'élancer dans un long cortège jusqu'à la préfecture de la Haute-Vienne, à l'occasion de la marche pour le climat. Militants ou simples citoyens tous veulent faire passer un message : "il est encore temps" .

"on veut montrer aux politiques et aux citoyens pas encore convaincus qu'il est encore temps mais qu'il y a urgence à agir. Les petits gestes c'est bien mais il faut faire plus, plus grand ! " explique Dominique, l'une des organisatrices qui considère qu'on ne reviendra pas en arrière mais que chacun peut aider à limiter les conséquences, ou trouver des solutions pour s'y adapter. 

Un cri de désespoir 

Dans la marche, Pierre tient une pancarte au slogan évocateur " Au moins sur le Titanic, ils ont été surpris". A 67 ans, il avoue être un peu désespéré par la situation qu'il compare volontiers à un naufrage "Nous on y va, et on le sait ! On ne sera pas étonné quand on verra que la planète s'est trop réchauffée pour que l'on puisse y vivre !" explique-t-il avant de poursuivre "C'est un cri de désespoir ultime !" .

Devant la mairie de Limoges, Pierre tient fièrement sa pancarte, un clin d’œil à une situation qu'il compare à un "naufrage" - Radio France
Devant la mairie de Limoges, Pierre tient fièrement sa pancarte, un clin d’œil à une situation qu'il compare à un "naufrage" © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Même si il pense qu'il est désormais impossible de corriger la trajectoire, il est venu marcher ce matin: "Je ne peux pas me résoudre à rester sur ma chaise, à ne rien faire. Derrière le désespoir il y a quand même une touche de volonté !" 

Réunir toutes les générations

A quelques pas de Pierre se trouve Marie jeune ingénieure en eaux et environnement de 22 ans. Forcément la jeune fille est concernée par le changement climatique et ses conséquences"Dans une conférence j'ai appris qu'ici en Haute-Vienne on allait gagner jusqu'à 2°, ça implique des changements de saisons avec plus de sécheresse ou des périodes presque tropicales, des changements donc dans l'utilisation de l'eau, dans notre modèle d'agriculture !" détaille-t-elle. Le changement climatique est acté, déjà en cours à ses yeux, aujourd'hui l'urgence est ailleurs : trouver des solutions pour s'y adapter surtout que sa génération va y être directement confronté. 

Concernés, aussi, Lucile et Swan tout juste 7 et 10 ans "C'était important de les amener ici pour leur première manifestation" explique Gwenola leur maman. Elle a pris le temps de leur expliquer la situation, les conséquences du réchauffement de la planète et même de leur faire dessiner des pancartes car elle veut leur transmettre un message : "Je veux les sensibiliser, je leur ai dit qu'il y a urgence à changer les choses, pour eux, pour leur génération" 

Sensibiliser, c'est l'un des objectifs de cette deuxième marche pour le climat. La première a réuni près de 300 personnes le 8 septembre dernier à Limoges. Une soixantaine d'évènements doivent avoir lieu ce samedi partout en France.