Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Les lingettes jetables dans le collimateur du gouvernement, qui les trouve trop polluantes

-
Par , France Bleu

Impossibles à recycler, bouchant les canalisations, les lingettes sont sur la sellette. Le gouvernement prévoit d’obliger les fabricants de ces produits à organiser et à financer la gestion des déchets, selon Le Parisien ce vendredi.

Lingettes jetables : vers un principe pollueur-payeur pour les fabricants
Lingettes jetables : vers un principe pollueur-payeur pour les fabricants © Maxppp - Philippe RIEDINGER

Connues dans les années 80 essentiellement comme rince-doigt, les lingettes jetables sont désormais devenues omniprésentes, du ménage au démaquillage. Mais selon le journal Le Parisien-Aujourd’hui en France ce vendredi, le gouvernement envisagerait d’obliger les fabricants de ces produits à organiser et à financer la gestion des déchets.

Impossible à recycler

Bien pratique pour nettoyer les fesses de bébé ou enlever la poussière sur les meubles du salon, les lingettes jetables sont surtout très polluantes. "Composées de matériaux disparates, dont du polyester, une matière en soi quasi impossible à recycler, elles sont aussi imprégnées de produits diversement toxiques," pointe Laura Châtel, responsable de l’ONG écologiste Zero Waste France citée dans le Parisien-Aujourd'hui en France.

Selon le quotidien, les équipes de Brune Poirson, la secrétaire d’État à la Transition écologique, préparent un principe de pollueur payeur. La future loi sur l’économie circulaire qui doit être présentée en Conseil des ministres dans quatre semaines, prévoit de créer une filière à responsabilité élargie du producteur (REP) pour ces lingettes jetables. Il s’agit d’obliger les producteurs à organiser et à financer la gestion des déchets, comme c’est par exemple le cas des piles ou encore des pneus.

Le cauchemar des stations d’épuration

Ces lingettes jetables sont devenues également le cauchemar des stations d’épuration car souvent elles finissent dans la cuvette des WC. Elles bloquent alors les pompes et s’agglutinent dans les grilles. Conséquence, des opérations de maintenance sont nécessaires pour désobstruer les canalisations. 

"Elles n’ont pas le temps de se décomposer dans ces conditions quand le papier toilette, lui, se dissout", détaille Catherine Rolin, spécialiste déchet France Nature environnement (FNE). 

Une récente directive européenne prévoit une "responsabilité élargie du producteur REP allégée" pour les lingettes jetables, les producteurs ne finançant que le nettoyage et la prévention, à mettre en place dans chaque pays d’ici 2024. 

"Si la France va plus loin et plus vite, c’est une très belle anticipation", explique Laura Châtel, saluant, une fois n’est pas coutume, l’action du gouvernement. "Installer une REP permettra a minima de financer la recherche sur ces produits", commente de son côté Catherine Rolin. "Les industriels seront obligés d’avoir des comportements plus vertueux," conclut-elle.

"Il faut arrêter le tout jetable"

Il existe pourtant des solutions simples pour se passer de ces lingettes jetables qui ont envahi nos placards. "Il faut arrêter le tout jetable. Il y a vingt ans, ces lingettes n’existaient pas, ce n’était pas si compliqué de passer un coup de torchon sur les meubles", glisse Laura Châtel. 

Il y a désormais des formats en microfibres petits et pratiques à jeter dans le tambour de nos machines après utilisation. On trouve aussi des lingettes lavables en coton tout doux pour les nouveau-nés. 

"Les jetables sont par ailleurs conçues pour nettoyer en un seul passage donc sans rincer alors que pour le ménage, comme pour la toilette, ce sont des produits chimiques qu’il vaut mieux rincer ", signale encore Laura Châtel. 

Sans compter que ces petits textiles à usage unique coûtent très cher par rapport à un chiffon et du détergent.

Quatre foyers sur dix en utilisent

Les Français sont de gros consommateurs de ces lingettes jetables : quatre foyers sur dix en utilisent, à raison de sept lingettes en moyenne par semaine. Elles représentent 3 % de nos ordures ménagères et pèsent au niveau de l’Union européenne 47.000 tonnes par an.