Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Loches : les travaux des remparts pourraient durer plus longtemps que prévu

mardi 28 août 2018 à 19:06 Par Simon Soubieux, France Bleu Touraine

Les travaux de sécurisation des remparts de Loches pourraient bien durer plus longtemps que prévu. Débutés en novembre dernier, ils doivent normalement se terminer en 2020. C'est sans compter sur un rempart en plus mauvais état que l'on imaginait. La dé-végétalisation du mur l'a montré.

La dé-végétalisation du mur a laissé apparaître des brèches sur les remparts.
La dé-végétalisation du mur a laissé apparaître des brèches sur les remparts. © Radio France - Simon Soubieux

Loches, France

Les travaux de sécurisation des deux kilomètres de remparts de Loches ont débuté il y maintenant plus de neuf mois. C'était en novembre dernier. Le Conseil départemental, maître d'ouvrage du projet, table sur une fin des travaux pour 2020, après avoir sécurisé les remparts Ouest (2018), Est (2019) et Sud (2020). Pourtant, ils pourraient bien durer plus longtemps. "Mon petit doigt me dit que 2020, ce sera un peu court", commence Marc Angenault, le maire de la ville. 

Des remparts en plus mauvais état que prévu

Avant de commencer les travaux, il a fallu dé-végétaliser le mur. En coupant les arbres, le lierre et les herbes, il s'est avéré que la végétation permettait au mur de tenir encore debout à certains endroits, comme l'explique Guillaume Trouvé, l'architecte des travaux : "Il y avait des pierres qui menaçaient de tomber, des brèches, alors que l'on ne s'y attendait pas du tout." "Sur le boulevard Philippe-Auguste, il y a un parapet. Lorsque nous avons enlevé le lierre, nous nous sommes aperçus que le parapet ne tenait que grâce à lui.", poursuit Marc Angenault. 

Des travaux qui coûtent 500 000 euros par an 

Résultat, il a fallu faire venir un géologue, faire des études de pathologies des pierres, installer des filets pour éviter que des pierres ne tombent sur les passants. "Du retard a déjà été accumulé, mais c'est pour bien faire le travail", explique Guillaume Trouvé.

Des filets ont été installés sur les remparts.  - Radio France
Des filets ont été installés sur les remparts. © Radio France - Simon Soubieux

Il est fort probable que nous dépassions le délai de 2020" - Marc Angenault. 

Les travaux coûtent 500.000 euros par an. Ils sont financés à hauteur de 200.000 euros par l'Etat, 200.000 euros par le département et 100.000 euros par la ville de Loches.