Climat – Environnement

Loire-Atlantique : les fruits et légumes souffrent de la chaleur

Par Rosalie Lafarge, France Bleu Loire Océan lundi 5 septembre 2016 à 3:00

Des fruits et légumes souvent plus petits après les gros coups de chaleur
Des fruits et légumes souvent plus petits après les gros coups de chaleur © Radio France - Rosalie Lafarge

Le soleil et la chaleur, tels qu'ils s'imposent ces dernières semaines en Loire-Atlantique, ne sont pas forcément des bonnes nouvelles pour les producteurs de fruits et légumes. Certains connaissent des pertes, d'autres ont des produits plus petits.

Il devrait encore faire beau et chaud cette semaine en Loire-Atlantique d'après les prévisions de Météo France. Une vague de chaleur qui dure. Avec seulement 17,4 mm de pluie tombée en juillet et en août à Nantes, l'été aura été l'un des plus secs depuis l'existence des mesures de Météo France. Et cela ne fait pas forcément les affaires des producteurs qui vendent leurs fruits et légumes au marché de Talensac à Nantes.

Sur les étals des producteurs locaux, entre les fraises, les tomates et les radis, on peut déjà tomber sur des légumes d'automne. "Comme des potimarrons, explique Cécile Terrien, productrice au Loroux-Bottereau, normalement on ne devrait pas les vendre maintenant, mais ça vient avec un mois d'avance car avec le chaud, c'est précipité".

"La chaleur a brûlé les fleurs, donc pas de fécondation, donc pas de tomate" - Un producteur de Basse-Goulaine

Mais au moins, chez Cécile Terrien, les fruits et légumes ont poussé. Noël, producteur lui, à Basse-Goulaine, a perdu une bonne partie de ses tomates : "les coups de chaud ont brûlé les fleurs, du coup pas de fécondation, et donc résultat pas de tomate" explique-t-il.

Et pourtant, ce beau temps, nous l'avons attendu, il s'est fait désirer. "Le beau temps oui, mais des coups de chaleur comme on a eu non, c'est trop chaud pour notre région" assure Alain, producteur à Gétigné près de Clisson. "La végétation souffre de la sécheresse même lorsqu'on arrose, les fruits et légumes sont poussés par la chaleur et n'ont pas le temps de se développer normalement" poursuit-il.

Des légumes plus petits à cause de la chaleur

Et Antoine Thiberge, directeur de la Fédération des maraîchers nantais confirme : "on aime bien la chaleur et le soleil, mais quand on ne peut pas faire descendre les températures la nuit, les cultures n'aiment pas cela. Quand la température redescend ou quand, en irriguant, on arrive à la faire descendre, on est dans des conditions plutôt favorables à la production légumière avec des légumes parfois un peu moins gros. La chaleur force un peu la maturité, et on obtient des légumes à maturité plus tôt que d'habitude, donc ils arrivent sur les marchés moins gros que d'habitude. Je pense par exemple au fenouil : si on veut éviter que la fleur ne parte en montaison, c'est-à-dire que les tiges ne poussent trop vite au détriment de la racine, on est obligé de les récolter plus petit que d'ordinaire".

Partager sur :