Climat – Environnement

Loire-Atlantique : une pétition contre le bétonnage du littoral

Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan et France Bleu dimanche 29 janvier 2017 à 4:30

La Fédération Presqu'île Environnement redoute une urbanisation supplémentaire du littoral (photo d'illustration).
La Fédération Presqu'île Environnement redoute une urbanisation supplémentaire du littoral (photo d'illustration). © Maxppp -

La fédération Presqu'île Environnement dénonce un nouveau risque de bétonnage de la côte. Un amendement voté le 11 janvier par les sénateurs modifie la loi littoral. Il permet de construire dans les "dents creuses", ces zones qui se trouvent hors continuité urbaine.

Prévenir plutôt que guérir. Empêcher les dégâts plutôt que les réparer. Cela pourrait être le credo de la fédération Presqu'île Environnement. Elle regroupe plusieurs associations de protection de l'environnement et du cadre de vie basées sur le littoral de Loire-Atlantique. Et elle dénonce un risque de bétonnage de la côte. En cause : un amendement voté le 11 janvier dernier par les sénateurs. Il modifie la loi littoral de 1986. S'il est adopté en deuxième lecture par les députés le 31 janvier prochain, il permettra les extensions d'urbanisation. Les "dents creuses", jusque là épargnées par le béton, deviendraient alors constructibles.

Les défenseurs de l'environnement voient en cet amendement une attaque très sérieuse.

Cet amendement s'il est voté permettra des extensions d'urbanisation. Donc tous les espaces laissés libres classés agricoles ou classés au titre de la biodiversité entre villagse, bourgs et agglomérations pourront être urbanisés. C'est une menace certaine - Rémy Gautron, président de la Fédération Presqu'île Environnement.

Si on change les textes de loi pour permettre une urbanisation supplémentaire, nous risquons d'avoir un mur de continuité de béton. Plutôt que de laisser construire en bord de littoral, il faut prévenir - Rémy Gautron, président de la Fédération Presqu'île Environnement.

Une pétition est en ligne. Elle ne concerne pas que le littoral de la Loire-Atlantique, mais l'ensemble des côtes françaises. A l'heure où cet article est écrit, elle a déjà recueilli 125 000 signatures. Dont celles du photographe Yann Arthus-Bertrand, de la navigatrice Isabelle Autissier et du président de la LPO d'Allain Bougrain-Dubourg.

D'après la Fédération Presqu'île Environnement, plus de 65% du littoral de Loire-Atlantique est urbanisé.

Rémy Gautron fait part de ses inquiétudes.

Pour Rémy Gautron, la loi de protection du littoral est menacée