Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Loire : deux fois moins de miel à cause de la chaleur et de la sécheresse

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire, France Bleu

Dur dur pour les abeilles de butiner ces derniers mois, il n'y a quasiment pas eu de miel de printemps en Loire (ronce, acacia, châtaigniers...). La canicule a épuisé ces insectes. Résultat : au lieu de produire du miel, les abeilles étaient occupées à refroidir leur ruche.

A cause de la sécheresse et de la canicule, la récolte du miel sera deux fois moins importante chez les apiculteurs amateurs cette année.
A cause de la sécheresse et de la canicule, la récolte du miel sera deux fois moins importante chez les apiculteurs amateurs cette année. © Radio France - Diane Sprimont

Fouillouse, France

Les températures du mois de juin et juillet ont battu des records. Concernant la sécheresse, le département de la Loire a été placé en crise. Ce contexte climatique affaiblit les abeilles et par conséquent diminue la production de miel. 

Mathieu Charasse est apiculteur amateur à Saint-Galmier et président du syndicat des apiculteurs de la Loire. Cette année, cet apiculteur n'a trouvé du miel que dans trois de ses sept ruches. En moyenne dans le département, une ruche sur deux a produit du miel. 

"L'année dernière, j'ai récolté soixante kilos de miel, cette année, trente."

Sur certaines des grilles des ruches de Mathieu Charasse, il y a des zones vides, signe que la production n'a pas battu son plein.  - Radio France
Sur certaines des grilles des ruches de Mathieu Charasse, il y a des zones vides, signe que la production n'a pas battu son plein. © Radio France - Diane Sprimont

Des abeilles épuisées

Quand il fait très chaud, les abeilles cherchent à refroidir leur ruche. "Au lieu de butiner, elles vont chercher de l'eau, déposent une goutte d'eau à l'entrée de la ruche et elles ventilent. C'est usant pour elles, regrette Mathieu Charasse. Donc elles ne récoltent pas et puisent dans leurs réserves pour garder une bonne température de 35 degrés dans la ruche.

Il faut donc les biberonner pour les préserver. C'est-à-dire les stimuler avec du sirop afin de remplacer le nectar. "Beaucoup d'apiculteurs pratiquent également la transhumance avec ces chaleurs pour qu'elles aient du pollen et de la fraîcheur", commente le président du syndicat des apiculteurs ligériens. Lui-même a transhumé à Craponne-sur-Arzon en Haute-Loire à mille mètres d'altitude. 

L'année dernière, Mathieu Charasse avait installé deux fois plus de grilles dans son extracteur de miel.  - Radio France
L'année dernière, Mathieu Charasse avait installé deux fois plus de grilles dans son extracteur de miel. © Radio France - Diane Sprimont

Une saison "catastrophique"

Coups de froid au printemps, canicule et sécheresse ont engendré une production de miel de printemps très faible dans la Loire. 

Bilan de la saison des apiculteurs de Loire par Mathieu Charasse, président du syndicat des apiculteurs de la Loire

Mathieu Charasse et ses deux fils ont collecté le miel des trois ruches que cet apiculteur a volontairement déménagé à mille mètres d'altitude  - Radio France
Mathieu Charasse et ses deux fils ont collecté le miel des trois ruches que cet apiculteur a volontairement déménagé à mille mètres d'altitude © Radio France - Diane Sprimont