Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Fusillade dans les rues de Strasbourg : l'hypercentre bouclé par la police.

Attaque mortelle à Strasbourg : ce que l'on sait

Climat – Environnement

Pays Basque : "on n'est pas venu à bout" de la pollution des plages

vendredi 10 août 2018 à 19:24 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Après la fermeture des plages jeudi, le maire de Bidart et celui de Biarritz demandent un peu "d'humilité". Les communes ont investi des millions d'euros dans le traitement des eaux, mais les normes se durcissent.

En cas de fortes pluies les réseaux ne peuvent pas traiter tous les flux (illustration)
En cas de fortes pluies les réseaux ne peuvent pas traiter tous les flux (illustration) © Maxppp -

Biarritz, France

On est loin d'être venu à bout de la pollution des plages basques, et on l'a à nouveau constaté jeudi matin : les 3/4 des plages, de St Jean de Luz à Anglet, étaient interdites à la baignade pour cause de pollution après les forts orages de la nuit. C'est devenu presque banal. Pourtant, le budget du traitement des eaux engloutit des millions d'euros depuis des années. 15 millions d'euros rien que pour le bassin versant de l'Ouhabia qui débouche à Bidart, ou encore le creusement de bassin de rétention géants sous la grande plage de Biarritz. 

Mais ça ne suffit pas, déplore Emmanuel Alzuri, le maire de Bidart, qui s'est retrouvé avec des résultats d'analyse des eaux lamentables jeudi matin. "Dans la rivière, dans l'embouchure et sur la plage, on avait une charge bactériologique qui nous a obligé à fermer" explique-t-il en précisant que "par temps sec on n'a aucun problème". "On a des ouvrages qui saturent par temps d'orages mais aussi des sources de contamination qu'on n'arrive pas à trouver" dénonce le maire, qui cite cet exemple : "il y a quelques semaines ici, à 50 mètres de la mairie, on a trouvé une maison qui n'avait jamais fait de raccordement et fonctionnait avec une vieille fosse septique obsolète. Il a fallu qu'elle "dégueule" sur la rue pour s'en rendre compte".

Les lendemains de mauvais temps, les plages sont fermées à cause de la pollution (Biarritz) - Radio France
Les lendemains de mauvais temps, les plages sont fermées à cause de la pollution (Biarritz) © Radio France - Céline Arnal

Emmanuel Alzuri, maire de Bidart: "on a beaucoup amélioré le système"

Saturation des bassins de rétention

La pollution bactériologique liée aux fortes pluies concerne aussi Biarritz, où les bassins de rétention saturent. Biarritz a un vieux réseau centenaire et unique : il mélange les eaux usées et les eaux de pluie. Le maire Michel Veunac envisage de faire mettre des "capteurs intelligents" afin d’améliorer la gestion des eaux et de faire face aux situations de crise. Depuis le mois de mai, 15 journées ont été concernées par une ou plusieurs fermetures de plages, à chaque fois en raison de la pluie. A ce moment là, les bassins de rétention où se mélangent eaux de pluies et eaux usées débordent, et le tout s'écoule vers l'océan, au lieu de partir vers la station d'épuration. L’année 2018 risque de battre des records : depuis début mai, le total de la pluviométrie s’élève à 456 mm, c'est déjà supérieur au total de la saison dernière de mai à septembre.

Et puis ça n'aide pas non plus : l'Europe a durci ses normes environnementales et divisé par trois le taux admissible de coliformes dans l'eau...