Climat – Environnement

Maïs transgénique : une loi anti-OGM rejetée au Sénat

France Bleu mardi 18 février 2014 à 8:16

Les pays Européenns n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur l'autorisation d'un maïs OGM
Les pays Européenns n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur l'autorisation d'un maïs OGM © MaxPPP

Les sénateurs ont rejeté lundi soir une proposition de loi interdisant la culture de maïs génétiquement modifié. A quelques semaines du début des semis de maïs, une course contre la montre s'engage pour interdire cette culture.

Il ne reste plus que quelques semaines aux anti-OGM pour obtenir l'interdiction de la culture de maïs transgénique en France. Aux alentours du 15 mars, les agriculteurs commenceront les semis, il sera trop tard pour éviter que du maïs OGM soit cultivé en France cette année.

Lundi soir, le Sénat a rejeté une proposition du sénateur PS Alain Fauconnier - en accord avec le gouvernement - visant à interdire la culture de tous les maïs transgéniques , aussi bien le MON810 (le seul cultivé dans l'Union européenne) que le TC1507, dont la culture vient d'être autorisée au niveau européen. Le texte a été rejeté avant même le début du débat : les sénateurs de droite, mais aussi les sénateurs du Parti radical de gauche, ont adopté une motion d'irrecevabilité .

> LIRE AUSSI : Et si on plantait de nouveau de l'OGM dans les Landes ?

Un arrêté ministériel pour interdire la culture du MON810

Jusqu'à 2013, la culture du maïs MON810, produit par la firme Monsanto, était interdite par un moratoire de la France, instauré en 2008 puis renouvelé en 2012, avant d'être annulé par le Conseil d'Etat en août dernier, pour cause de non conformité au droit européen. Le gouvernement avait alors fait savoir qu'il trouverait un autre moyen juridique pour interdire la culture de ce maïs.

Pour pallier le rejet de la loi, le gouvernement avait pris ses précautions : lundi, avant même que la proposition ne soit examinée par le sénat, les ministères de l'Agriculture et de l'Ecologie ont publié un arrêté interdisant la culture du seul maïs MON810 . Celui-ci ne pourra être publié au Journal Officiel qu'après le 9 mars... si d'ici là il n'est pas contesté par le Conseil d'Etat.

La firme Monsanto assure de toute façon qu'elle ne fournirait pas de semances aux agriculteurs français "ni aujourd'hui, ni dans les années à venir ". Mais rien n'empêchera les pro-OGM d'aller se fournir, par exemple, en Espagne.

> A ECOUTER : le militant anti-OGM Christian Moretto était l'invité de France Bleu Toulouse ce mardi matin. Ecoutez son interview.