Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Manche : des rapaces au collège pour chasser les goélands

mercredi 4 avril 2018 à 16:12 Par Benoît Martin, France Bleu Cotentin et France Bleu

A Saint-Vaast-la-Hougue, dans la Manche, le collège Guillaume Fouace est envahi par les goélands. Seul moyen pour s'en débarrasser: les rapaces, apportés par un fauconnier depuis la semaine dernière.

Le fauconnier Frédéric Plonka fait travailler ses rapaces (ici une buse) au dessus des toits du collège manchois, avec un certain succès.
Le fauconnier Frédéric Plonka fait travailler ses rapaces (ici une buse) au dessus des toits du collège manchois, avec un certain succès. © Radio France - Benoît Martin

Saint-Vaast-la-Hougue, France

Saint-Vaast-la-Hougue, commune du littoral du Cotentin. Alfred Hitchcock aurait été français, c'est sûrement là qu'il aurait tourné son film "Les Oiseaux". En tout cas, il n'aurait pas eu besoin d'effets spéciaux ! Depuis plusieurs années, au printemps, les goélands envahissent les toitures du collège Guillaume-Fouace pour y installer leurs nids. "Quand j'ai pris mes fonctions l'été dernier, la première chose dont m'a parlé mon prédécesseur, c'est du problème des goélands", souligne Dominique Aussant, la principale de l'établissement.  "Ce sont des nuisances perpétuelles : le bruit, les déjections, l'odeur, des oiseaux morts. C'est un problème sanitaire et une vraie source de stress pour certains élèves", ajoute Dominique Aussant qui sait de quoi elle parle, elle qui vit dans l'établissement. 

Duel en plein air

S'il n'y a pas eu d'attaques, les goélands peuvent se montrer agressifs en période de nidification. Et le fait que certains d'entre-eux installent désormais leurs nids à même le sol dans la cour, montre qu'ils n'ont plus peur des hommes. Face à cette situation critique, le Département de la Manche, gestionnaire des collèges, a décidé d'agir. Il a mandaté un artisan fauconnier sur place, pour effaroucher les goélands. "Durant les trois mois de nidification, je vais être régulièrement sur place", précise Frédéric Plonka, fauconnier venu de la Sarthe avec ses rapaces. "Le principe de mon intervention est simple : lancer un rapace (une buse) qui va aller attaquer les goélands. En en tuant un, il va effrayer l'ensemble de la colonie qui va quitter les lieux". C'est ce qui s'est passé la semaine dernière. Une première attaque efficace puisque durant 4-5 jours, les goélands ont disparu. Mais ils reviennent. "On observe des éclaireurs qui rodent pour vérifier si le danger est toujours là, alors je ressors mes rapaces", souligne Frédéric Plonka. 

300 goélands ont été recensés sur les toits du collège de Saint-Vaast-la-Hougue. - Radio France
300 goélands ont été recensés sur les toits du collège de Saint-Vaast-la-Hougue. © Radio France - Benoît Martin

Ramener les goélands sur Tatihou

L'action du fauconnier est prévue pour durer jusqu'au mois de juin. Elle doit aussi être couplée à une action de piégeage de renards présents sur l'île voisine de Tatihou. Car l'origine du problème vient de là. La présence du prédateur sur l'île entraîne la migration des goélands vers le continent, et leur installation dans des zones urbanisées, comme au collège Guillaume-Fouace. Tant que les renards seront sur place, les goélands auront tendance à revenir nidifier au collège. Le piégeage sur l'île est programmé, mais pour l'instant, suspendu à l'obtention des autorisations administratives.