Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Manche: à Torigni une association se mobilise pour protéger les tilleuls séculaires

mardi 29 août 2017 à 19:40 Par Camille André, France Bleu Cotentin

A Torigni-sur-Vire, la municipalité va faire abattre des tilleuls âgés de 150 ans, prochainement. Cet hiver, elle en avait déjà déracinés une centaine, au motif qu'ils étaient dangereux. Une association est en train de se créer pour s'y opposer.

Des membres de l'association "la défense des vieux arbres de Torigni et d'ailleurs" devant des arbres qui pourraient être abattus à l'automne.
Des membres de l'association "la défense des vieux arbres de Torigni et d'ailleurs" devant des arbres qui pourraient être abattus à l'automne. © Radio France - Camille André

Torigni-sur-Vire, France

A Torigni-sur-Vire, dans la Manche, la bataille autour de l'abattage des tilleuls centenaires se poursuit. En décembre 2016, la municipalité avait fait déraciner une centaine de ces arbres, situés sur la promenade, entre le mur Grimaldi et l'étang. Ces vieux tilleuls, plantés sous le règne de Louis XV, étaient considérés comme malades et potentiellement dangereux. Le processus doit se poursuivre cet automne, avec l'abattage des arbres situés sur l'autre rive du plan d'eau. Il s'agit là encore de tilleuls, âgés de 150 ans, ainsi que d'une trentaine de marronniers.

Les 101 tilleuls séculaires abattus en décembre 2016 - Radio France
Les 101 tilleuls séculaires abattus en décembre 2016 © Radio France - Benoit Martin

"Ces tilleuls faisaient partie du domaine des Matignon, propriété des ancêtres du prince de Monaco" rappelle Maître Gervais Marie-Doutressoulle, qui voit dans cet abattage, la destruction du patrimoine " historique, culturel et vivant " de Torigni-sur-Vire. Depuis plusieurs mois il s'est donc mobilisé en portant l'affaire devant justice. Ayant été débouté deux fois déjà, il a décidé de créer une association et attaque de nouveau la mairie sur un autre angle. "j'ai préparé une réclamation préalable à l'introduction d'un recours devant le tribunal administratif, que je vais adresser à madame le maire. Dans ce recours je souligne l'illégalité de la destruction", détaille-t-il.

Je demande la condamnation de la ville à dédommager 10 millions d'euros pour la destruction des tilleuls

L'avocat entend demander 5 millions supplémentaires si les arbres séculaires restants sont détruits. Cette somme serait au profit de l'association "de défense des vieux arbres de Torigni et d'ailleurs", qu'il vient de créer.

L'association met en doute les critiques sur l'état sanitaire des arbres

Après avoir combattu les lignes à haute tension dans la Manche, Maître Gervais Marie-Doutressoulle ne croit pas au diagnostique établi par la mairie au sujet de la santé des arbres. "Lors de la destruction des premiers tilleuls, j'ai pris en photo les souches, certaines étaient creuses, mais la plupart étaient intactes", assure-t-il. Karine Marsilly appuie d'ailleurs ses conclusions. Elle est diplômée d'Etat dans la taille et le soin des arbres et formatrice au centre nationale de la fonction publique territoriale. La jeune femme a rejoint l'association de l'avocat après avoir étudié ces mêmes souches : "Elles étaient quasiment toutes extrêmement saines, déclare-t-elle, vu l'âge des arbres, j'étais même fortement étonnée qu'il n'y ait aucune trace d'attaque pathogène, ni aucune fissure induisant des problèmes de maintien mécanique quand il y a du vent".

L'allée des tilleuls sera bientôt détruite, pour des raisons de sécurité - Radio France
L'allée des tilleuls sera bientôt détruite, pour des raisons de sécurité © Radio France - Camille André

Face à ces accusations, la maire de la commune, Anne-Marie Cousin se défend: " Les élus ne prétendent pas être les spécialistes de ces arbres anciens, mais nous avons fait appel à trois personnes, dont une historienne des jardins, qui ont ausculté chaque arbre, et conclu qu'ils étaient extrêmement fragilisés à cause de leur grand âge, assure-t-elle avant de préciser, la réflexion sur ces tilleuls n'est pas récente, ça fait plusieurs mandats que nous travaillons dessus, en partenariat avec l'architecte des bâtiments de France."

Derrière ces abattages, un projet historique au long terme

Anne-Marie Cousin indique également que la sécurité n'est pas le seul argument qui a poussé la municipalité à raser les arbres centenaires. En replantant de jeunes pousses, la mairie souhaitait repartir sur de bonnes bases pour redonner à la promenade sa splendeur d'antan. "Auparavant , quand un arbre était abattu lors d'une tempête, nous replantions un arbre jeune. Mais celui-ci, étouffé par les vieux arbres ne se développait pas. Nous aboutissions donc à des allées dissymétriques, en totale opposition avec ce que cherchaient les paysagistes du XVIIIe siècle", décrit-elle.

Maitre Marie-Doutressoulle est dans l'instant, tandis que nous travaillons pour les générations futures.

Pour la prochaine phase d'abattage, la municipalité a prévu de replanter deux fois plus de marronniers qu'actuellement, afin de recréer des allées identiques à celles du XVIIIe siècle. Devant le mur Grimaldi, à la place des arbres séculaires, de jeunes tilleuls ont déjà été replantés. Ils mettront évidemment des années à pousser.

Les nouveaux tilleuls plantés le long du mur Grimaldi . - Radio France
Les nouveaux tilleuls plantés le long du mur Grimaldi . © Radio France - Camille André