Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Manifestation contre le nucléaire à Avignon

samedi 11 mars 2017 à 19:14 Par Boris Loumagne, France Bleu Vaucluse

Une dizaine d'opposants au nucléaire se sont rassemblés samedi à Avignon pour commémorer les six ans de la catastrophe de Fukushima au Japon.

Les membres du CAN 84 devant l'Hôtel de ville d'Avignon
Les membres du CAN 84 devant l'Hôtel de ville d'Avignon © Radio France - Boris Loumagne

Avignon, France

Plusieurs membres du Collectif antinucléaire de Vaucluse (CAN 84) ont tenu à rendre hommage aux 20 000 victimes de la catastrophe de Fukushima qui a frappé le Japon il y a six ans. Le tsunami avait alors provoqué la destruction d'une centrale nucléaire dont les répercussions se font encore sentir aujourd'hui. Les membres du CAN 84 s'étaient donnés rendez-vous place Pie, avant de converger vers le monument aux morts de l'Hôtel de ville d'Avignon.

Plusieurs éléments relient la France à ce drame selon Jean Revest du CAN 84: "le réacteur numéro 3 de la centrale de Fukushima était chargé d'un combustible à base de plutonium "Mox" fabriqué par Areva à Marcoule dans le Gard". Le militant poursuit: "on est dans la région la plus nucléarisée d'Europe avec les sites nucléaires de Cadarache, de Marcoule ou du Tricastin dont les quatre réacteurs délabrés nous menacent en permanence".

Le CAN 84 demande "l'arrêt immédiat du nucléaire pour des raisons sanitaires et de santé publique". Les membres de l'association espèrent également qu'un débat sur le nucléaire émergera pendant la campagne présidentielle: "il est grand temps que tous les candidats se saisissent de cette question qui concerne le présent mais aussi l'avenir" conclut Jean Revest.