Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Un millier de manifestants à Marseille contre les rejets de l'usine Altéo

vendredi 29 janvier 2016 à 19:02 - Mis à jour le samedi 30 janvier 2016 à 19:15 Par Samia Belbachir, Gabriel Massenot et Priscilla Reig, France Bleu Provence et France Bleu

Un millier de personnes ont participé à la manifestation initié par le collectif "Littoral" pour dénoncer la pollution de la Méditerranée par les rejets de "boues rouges" de l'usine Altéo de Gardanne. José Bové et de nombreux responsables politiques étaient présents.

Manifestation contre les rejets de boues rouges
Manifestation contre les rejets de boues rouges © Radio France - Priscilla Reig

Marseille, France

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté ce samedi après-midi devant la préfecture dans le centre-ville de Marseille.

Sur les banderoles amenées par les manifestants, on pouvait lire "colère rouge pour dire non au scandale" ou encore "Altéo tue la mer"

Des manifestants qui disent "refuser le chantage à emploi" de l'usine de Gardanne, qui fait travailler 400 personnes. 

Plusieurs responsables politiques vont s'exprimer cet après-midi. José Bové est sur place, tout comme l'eurodéputée Michèle Rivasi. 

Rassemblement à l'initiative du collectif Littoral suivi par les thoniers ainsi que de nombreuses associations. Les manifestants veulent protester contre le rejets de produits industriels dans la mer.

Ils visent notamment l'usine d'Altéo à Gardanne, et son prédécesseur, le groupe Péchiney, d'avoir rejeté pas moins de 30 millions de tonnes de déchets dans les Calanques. Des rejets hautement toxiques pour la faune et la flore de ce parc naturel protégé, en novembre dernier l'usine d'Altéo était même menacée de fermeture.

Malgré la prise de position de la ministre de l'écologie Ségolène Royal, le site de Gardanne a été autorisé à continuer le rejet d'effluents aqueux. Altéo assure depuis le filtrage des rejets appelés "boues rouges".

Aujourd'hui les associations demandent l'arrêt total des rejets dans les Calanques marseillaises, ils parlent de "pollution incolore mais toxique".