Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Manifestation contre Monsanto en petit comité à Bergerac

-
Par , France Bleu Périgord

A l'appel de la marche mondiale contre le producteur de semences américain, environ 30 manifestants se sont réunis samedi matin dans la sous-préfecture de Dordogne.

Les manifestants au départ du cortège place Jules Ferry samedi matin
Les manifestants au départ du cortège place Jules Ferry samedi matin © Radio France - Pauline Ben Ali

Affublés de pancartes et de bidons avec le slogan "Vade Retro Monsanto", les manifestants tentaient de se faire entendre parmis les allées du marché de Notre-Dame samedi matin. Ils étaient une trentaine de manifestants à avoir répondu à l'appel lancé par un collectif d'associations dont  la Sepanso24, Vivons bio en Bergeracois, la Convention Vie et Nature, l'Union des familles laïques, et Vivre mieux à Bergerac, et de partis politiques tels qu'EE-LV, le Parti de Gauche, et le Parti Occitan. 

Plusieurs associations ont signé l'appel à la manifestation de samedi dont le mouvement Convention Vie et Nature.
Plusieurs associations ont signé l'appel à la manifestation de samedi dont le mouvement Convention Vie et Nature. © Radio France - Pauline Ben Ali

En tête de ce cortège, Lionel Frel, le secrétaire local d'Europe-Ecologie-Les-Verts délivre un message clair "Pas d'OGM, pas de produits phytosanitaires malveillants dans nos assiettes". Des  maraîchers bio ont fait aussi le déplacement comme Hélène Renault qui cultive des légumes à Saint-Paul-de-Serre. Elle ne veut pas du modèle que lui propose la firme, "Bientôt on devra payer des royalties pour pouvoir semer des plantes" , car les agriculteurs qui utilisent les plantes brevetées par Monsanto n'ont pas le droit de les resemer sans payer à nouveau.  

En revanche, pas de viticulteur dans la marche alors que le vignoble bergeracois est en train de changer, près de 15% des domaines seraient passés au bio selon les élus locaux. 

Monsanto / SON

Le petit comité a traversé le marché de Notre-Dame pour tenter d'interpeller un maximum de passants

Choix de la station

À venir dansDanssecondess