Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Marc Gaudet et le rapport du BRGM sur la déviation de Jargeau : "Toutes les précautions seront prises"

vendredi 1 février 2019 à 17:00 Par François Guéroult et Lydie Lahaix, France Bleu Orléans

Après les révélations de France Bleu Orléans sur le rapport du BRGM pour le projet de déviation de Jargeau, Marc Gaudet, le président du Département du Loiret, se défend de tout rapport "caché" et affirme que "toutes les précautions seront prises pour la construction", sans en préciser le surcoût.

 Pour Marc Gaudet, les conclusions du rapport du BRGM ne remettent pas en cause le projet de déviation de Jargeau
Pour Marc Gaudet, les conclusions du rapport du BRGM ne remettent pas en cause le projet de déviation de Jargeau © Radio France - Jérémy Marillier

Surpris et en colère : les élus du conseil départemental du Loiret n'ont guère apprécié les révélations de France Bleu Orléans sur le rapport du BRGM pour le projet de déviation de Jargeau. Rapport qui met en lumière "des risques majeurs" pour la construction de ce nouveau pont sur la Loire, en terme de stabilité des sols et de conséquences pour la nappe phréatique. La session plénière du conseil départemental a même tourné au grand défoulement des élus, toute tendance politique confondue, Alain Touchard (LR) s'interrogeant à voix haute sur la nécessité de remettre en cause le partenariat qui lie le Département et France Bleu Orléans pour les informations circulation, Nathalie Kerrien (LREM), dénonçant, au nom de "l'éthique professionnelle", "un média d'opinion en lieu et place d'une radio de service public". Même Thierry Soler (EELV) n'a pas trouvé de mots pour défendre le droit à l'information.

Un rapport ni caché... ni public !

Mais sur le fond, qu'en est-il ? "Il n'y a pas de rapport caché, ni de rapport explosif", affirme Marc Gaudet, le président centriste du conseil départemental : "C'est nous qui avons commandé ce rapport au BRGM pour mieux connaître la circulation des eaux souterraines et du sous-sol de cette zone, rien ne nous y obligeait." Rien n'empêchait non plus de demander cette étude avant la procédure d'enquête publique (la Déclaration d'utilité publique date de septembre 2016, le rapport du BRGM a été rendu en septembre 2017) ni de rendre public le rapport sur le site Internet du Département ou lors d'une réunion du conseil départemental, ce qui n'a pas été fait en un an et demi....

Le désormais fameux rapport du BRGM - Radio France
Le désormais fameux rapport du BRGM © Radio France - Christophe Dupuy

"Les techniques répondront aux besoins"

Quant aux conclusions de ce rapport, elles n'inquiètent pas Marc Gaudet : "Il existe des techniques qui permettent de laisser l'eau circuler entre les différents pieux des piles de pont, qui permettent la circulation des eaux souterraines, et faire en sorte que le pont soit le plus sécurisé possible - évidemment que toutes les précautions seront prises ! Cela ne remet pas en cause le lieu d'implantation de l'ouvrage, la pertinence de ce pont à cet endroit a été démontrée par le fait que la circulation à Jargeau et St Denis-de-l'Hôtel est engorgée. Surtout, ce qu'on veut, c'est que ce rapport soit donné à tous les candidats qui souhaiteront construire ce pont et le BRGM nous accompagnera tout au long des travaux." Interview à écouter en intégralité ici :

Interview de Marc Gaudet sur le rapport du BRGM

Reste une question : à combien s'élèveront les surcoûts pour que "toutes les précautions sont prises", alors que jusqu'ici le projet est officiellement estimé à 80 millions d'euros ? Cette question-là reste à ce jour sans réponse.