Climat – Environnement

Bordeaux : les hydroliennes sous le pont de pierre bientôt opérationnelles selon Marc Lafosse

Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde mercredi 25 janvier 2017 à 10:28

Marc Lafosse dans le studio de France Bleu Gironde
Marc Lafosse dans le studio de France Bleu Gironde © Radio France - Aurélie Bambuck

Marc Lafosse, conseiller municipal à la mairie de Bordeaux et président d'Energies de la Lune, était l'invité de France Bleu Gironde ce mercredi matin alors que les assises de la transition énergétique - "l'avenir de l'économie" selon lui - se tiennent jusqu'à jeudi soir à Bordeaux.

Alors que les assises européennes de la transition énergétique se poursuivent au palais des Congrès de Bordeaux, le Bordelais Marc Lafosse, spécialiste des énergies marines, était l'invité ce mercredi de France Bleu Gironde de 8h à 8h30.

Des hydroliennes sous le pont de pierre d'ici début février

Ancien champion de France de natation, océanographe, conseiller municipal délégué à la mairie Bordeaux, président de BlueSign et d’Energies de la Lune, Marc Lafosse est à l'origine du projet d'installation à Bordeaux d'un site pilote en France pour tester les hydroliennes.

Les machines seront mises en place d'ici le début du mois de février sous le pont de pierre, nous apprend-il. "On est en train de finir la construction, l'installation (...). Nous avons deux emplacements qui permettront d'accueillir des hydroliennes très rapidement. Le 3e emplacement c'est une barge flottante qui est train d'être installée au pied de la Cité du vin", explique-t-il.

Les énergies marines, un gisement d'emplois important

Marc Lafosse croit beaucoup au potentiel économique de la transition énergétique : "Je crois beaucoup au nombre d'emplois qui peuvent être créés. Je suis persuadé - et la Chine est en train de le démontrer à vitesse grand V - que la croissance verte peut créer beaucoup d'emplois".

La France a selon lui toutes les cartes en main pour prendre le virage de la transition énergétique par le développement économique. "On n'a pas à rougir en France de notre passif d'océanographie, on a aussi un grand savoir faire dans le chantier naval" avec DCNS "et une très bonne expérience de l'énergie".

Les assises européennes de la transition énergétique auquel il participe se poursuivent jusqu'à jeudi soir au palais des congrès de Bordeaux-Lac.

A LIRE AUSSI

Bordeaux accueille les Assises Européennes de la Transition Energétique