Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

VIDÉO - Marche pour le climat : "Il faut harceler les politiques", estime le porte-parole d'Europe Écologie-Les Verts

vendredi 12 octobre 2018 à 10:14 Par Camille Labrousse, France Bleu Vaucluse

Serge Marolleau était l'invité de France Bleu Vaucluse matin, à la veille d'une nouvelle marche pour le climat à Avignon et partout dans le monde. Le porte-parole d'EELV dans le département demande aux citoyens de mettre la pression.

"Nous sommes tous des défenseurs du climat", l'une des affiches lors de la première marche
"Nous sommes tous des défenseurs du climat", l'une des affiches lors de la première marche © Radio France - Sandy Dauphin

Avignon, France

La première marche pour le climat à Avignon a rassemblé en septembre entre 700 et 1.500 participants. Pour la seconde, ce samedi 13 octobre, Serge Marolleau espère encore plus de monde. Le porte-parole d'Europe Écologie les Verts appelle les citoyens à mettre la pression sur le monde politique. "Ils comprennent plus vite que les gouvernements. On n'a jamais été dans un tel état d'alerte avec le dernier rapport du GIEC notamment. Il est temps d'agir", estime-t-il. 

Il faut donc selon Serge Marolleau "harceler les politiques. En étant le plus nombreux possibles lors des marches, en signant les pétitions. Il faut n'avoir de cesse de continuer la nécessaire lutte." Il poursuit : "les gouvernements subissent la pressions des lobbys et des industriels. Le citoyen est un consommateur. S'il arrête d'aller chez Total parce qu'il estime que Total salit la planète, l'entreprise ne fera plus de bénéfices. C'est ce genre d'initiatives, avec des changements de politiques publiques qui peuvent faire changer quelque chose."

"La mer est faite de petites gouttes d'eau. Tous nos petits gestes sont importants"

Si nos gestes quotidiens, comme aller au travail à vélo, réduire notre production de déchets ou notre consommation de vêtements, sont importants, "ils ne changeront pas la face du monde", reconnaît Serge Marolleau. Il faut que les politiques comprennent "que la transition écologique est un formidable levier d'investissements, de créations d'emplois : 900 000 emplois d'ici 2030 !" Avant de conclure : "il faut toujours garder espoir".