Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Climat – Environnement

Marée noire, échouage de dauphins... François de Rugy était en Charente-Maritime ce vendredi

François de Rugy, le ministre de la transition écologique, était en Charente-Maritime vendredi. D'abord à La Rochelle, où il a visité l'observatoire Pélagis, chargé des échouages de dauphins. Puis, il s'est rendu au port atlantique et à l'île d'Aix, en prévision de la marée noire du Grande America.

Déplacement très médiatique ce vendredi pour François de Rugy.
Déplacement très médiatique ce vendredi pour François de Rugy. © Radio France - Thomas Coignac

La Rochelle, France

De La Rochelle à l'île d'Aix, François de Rugy, le ministre de la transition écologique a passé l'après-midi en Charente-Maritime, ce vendredi. Arrivé vers 13h à Pélagis, l'observatoire des mammifères marins, pour parler des échouages de dauphins, il a ensuite rejoint le port Atlantique de La Rochelle pour superviser le dispositif anti-marée noire. Une après-midi toutefois sans grande annonce. 

Un plan anti-échouage de dauphins à la fin de l'année

Dans les couloirs de Pélagis, l'observatoire des mammifères marins, tout le monde annonçait une grande nouvelle. Il faut dire, que l'institut avait alerté cette semaine, évoquant le chiffre de 1 100 dauphins échoués sur les côtes françaises depuis le début de l'année 2019, qui devrait être une année avec un record de mortalité. Et, selon Pélagis, 90% de ces accidents sont causés par les pêcheurs.  

Mais si François de Rugy a annoncé un vaste plan anti-échouage, celui-reste flou... et pas immédiat. Le ministre a évoqué des mesures "avant la fin de l'année", sans rien s'interdire, mais sans énormément de précisions non plus. Pour François de Rugy, il est important de "_prendre des mesures basées sur une bonne connaissance scientifiqu_e". Et pour préciser quels types de pêches sont responsables, la seule mesure immédiate et concrète a été l'annonce d'un versement de 100 000 euros supplémentaire de subvention à Pélagis, déjà financé en grande partie par les collectivités. 

Répulsifs acoustiques dans les filets, suspensions provisoires de la pêche, sanctuaires marins... 

Sa co-directrice Florence Caurant se réjouit de ce chèque, qui lui servira, dit-elle, à pérenniser une partie de son équipe, pour l'instant composée de contractuels. Mais elle aurait bien voulu, duit-elle, une mesure plus immédiate notamment "des caméras embarquées à l'intérieur des bateaux. Mais cela ne dépend peut être pas uniquement du ministère". 

François de Rugy a annoncé, depuis Pélagis, les mesures concernant l'échouage de dauphins.  - Radio France
François de Rugy a annoncé, depuis Pélagis, les mesures concernant l'échouage de dauphins. © Radio France - Thomas Coignac

Côté ministère donc, on annonce un plan d'ici fin 2019. François de Rugy a déjà salué les "plus de 25" chalutiers français volontaires, qui acceptent dans leurs filets des "pingers", des répulsifs acoustiques, ou la présence d'observateurs indépendants. Même si des manquements ont été déplorés jeudi par l'ONG Sea Sheperd. 

Cette mesure pourrait donc être généralisée, en fonction des concertations, qui devraient avoir lieu avant que ce plan ne soit dévoilé. Et des contrôles, sur les bateaux français comme étrangers pourraient ensuite être mis en place, "si on avait des résistances" , précise François de Rugy. Qui a également évoqué des ébauches de mesures, comme la suspension temporaire de la pêche dans certains zones, ou une réflexion sur des "sanctuaires marins". 

Un certain optimisme sur la marée noire

Après une heure dans les murs de l'Université de La Rochelle, François de Rugy s'est rendu au port atlantique de Chef de Baie, puis sur l'île d'Aix. Là, le thème était l'attente de la marée noire, après le naufrage du Grande America, dix jours plus tôt. 

Sur l'arrivée des nappes d’hydrocarbures, François de Rugy, n'a pas donné davantage de précisions, réexpliquant qu'il était impossible de dire où et quand, les côtes françaises pourraient être touchées, malgré le "suivi quotidien", des nappes, et la mise en place de balises, pour suivre leur itinéraire. 

Le président du conseil départemental de Charente-Maritime, Dominique Busserau, décrit le terrain à François de Rugy. - Radio France
Le président du conseil départemental de Charente-Maritime, Dominique Busserau, décrit le terrain à François de Rugy. © Radio France - Thomas Coignac

Il a toutefois voulu se montrer rassurant sur la cargaison que transportait le Grande America, malgré la présence de 1 000 tonnes de matières dangereuses, dont de l'acide chlorhydrique et sulfurique. 

"L'essentiel de la cargaison a brûlé, a-t-il récapitulé. L'essentiel des containers a coulé avec le Grande America. Les quelques containers déjà récupérés ne sont pas de produits dangereux, puisque ce sont des chips. Par ailleurs, ceux qui ont coulé ne présentent pas de danger pour l'environnement, compte tenu des masses d'eau à 4 600 mètres de fond." 

Aujourd'hui on est en mesure de protéger les sites sensibles, dit le responsable des risques chimiques et biologiques du SDIS 17 

Aujourd'hui on est en mesure de protéger les sites sensibles - Vincent Schmitt - SDIS 17