Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Météo : les conséquences de la pluie de mai sur les cultures dans la Loire

mercredi 30 mai 2018 à 18:14 Par David Valverde, France Bleu Saint-Étienne Loire

En regardant le prévisions météo des prochains jours, il y a de quoi perdre le moral ! La pluie est annoncée très régulièrement pour une bonne semaine et même si les températures restent plutôt de saison, le ciel n'en finit pas de nous tomber sur la tête. Avec des conséquences agricoles.

Des chutes de pluies abondantes sur le mois de mai.
Des chutes de pluies abondantes sur le mois de mai. © Maxppp - Sébastien Jarry

Depuis 1960 c'est le 13e mois de mai le plus pluvieux dans l'histoire du département, avec des précipitations en augmentation de 40% par rapport à la moyenne. Philippe Bédier, climatologue à Météo France,  nous explique la raison de ces intempéries : "C'est une dépression en Italie qui nous ramène de l'air chaud en basses couches et de l'air froid en altitude. ce qui nous donne des orages. Ça ne bouge pas, la situation est figée. Ça va continuer pour les prochains jours avec une petite accalmie pour le weekend mais dès lundi le temps va revenir à la pluie et aux orages." 

Une herbe plus abondante mais beaucoup moins riche

La profusion d'eau de pluie a des conséquences négatives sur l'herbe qui est normalement coupée à cette période pour nourrir les bêtes. Sylvain Berger, est éleveur à Jonzieux dans le Pilat : "L'herbe est gorgée d'eau et a peu de valeur en sucre. Plus la matière sèche plus les animaux se portent bien. Aujourd'hui pour une herbe de cette qualité, on va devoir amener des compléments nutritionnels. L'année dernière il y avait bien moins de marchandise mais elle avait de la valeur. Vous donniez 5 kilos d'herbe, les animaux les consommait en totalité alors que cette année, ils gaspillent cette herbe, il la souille. Aujourd'hui cette herbe est en avance et elle a tendance à regermer sous l'herbe qui n'est pas récoltée. Conséquence : ça pourrit et la récolte se fauche mal."

Tout le monde n'est pas aussi embêté par ces précipitations. Chez Sylvain Berger, installé à Malleval, quasiment à la frontière avec l'Ardèche, il y fait chaud et la pluie est plutôt rare. "On en a besoin de cette eau" explique-t-il. "On a beaucoup moins de pluviométrie que dans la vallée du Gier. Ça rééquilibre. En ce moment les arbres fruitiers on besoin d'eau parce qu’ils font leurs fruits."

Dans la plaine, à Mornand en Forez Denis Bonet cultive notamment des céréales et l'eau, dans ces proportions, ne le dérange pas : "Étant donné la saison précédente qui était assez sèche, c'est sûr que ça a plus ou moins rattrapé le retard de pluviométrie. C'est sûr que ça fait beaucoup d'un coup mais à cette époque ce sera vite absorbé car les céréales ont énormément besoin d'eau. C'est à cette période que le grain se forme et se remplit. On est sur les semis de maïs, mois je n'ai pas tout à fait fini. Ca va être retardé un petit peu. Du coup on change de variété en prenant des variétés plus précoces. Et puis ca va bien comme ça..."