Climat – Environnement

Méthanisation à Saintes : "la bouse de vache, c'est quand même plus rigolo que l'uranium !"

Par Romain Asselin, France Bleu La Rochelle et France Bleu mardi 20 octobre 2015 à 23:41

Un projet d'usine de méthanisation fait débat à Saintes
Un projet d'usine de méthanisation fait débat à Saintes © Maxppp

Le Lycée Georges Desclaude de Saintes commence à être soutenu par des riverains pour mener à bien son projet d'usine de méthanisation. Le débat rebondit.

Quand des habitants s'affrontent à coups de pétitions. A Saintes, les riverains du Lycée Georges Desclaude commencent à se diviser à propos d'un projet d'usine de méthanisation dans les cartons depuis six ans. L'établissement scolaire agricole veut créer sa propre énergie à partir de matières organiques et ainsi proposer d'autres formations à ses élèves.

Après les opposants, place aux partisans. Une pétition vient d'être mise en ligne sur internet pour soutenir le projet porté par Verdesis et Charentes Alliance en partenariat avec le Lycée. Elle recueille déjà une cinquantaine de signatures. Une pétition pour contrer celle lancée en avril 2014, en partie sur internet, par un collectif anti-méthanisation au Lycée Desclaudes. Plus de 1100 personnes l'ont paraphée à ce jour.

J'ai entendu des gens qui ont peur d'avoir des mouches ! C'est quand même incroyable, on est à la campagne. Saintes est une ville rurale. D'autres ont peur de l'odeur. Ils n'ont jamais mis les pieds dans une unité de méthanisation 

Alexandre Garcia est à l'iniative de cette contre-attaque, agacé par ce "mauvais procès" fait à la méthanisation. Nous l'avons rencontré...

7H/ ENRO Méthanisation Saintes

 Le permis de construire de la future usine de méthanisation devrait être déposé début 2016.Les opposants ne l'entendent pas de cette oreille et se disent prêts à étudier toutes les possibilités de recours juridiques pour faire capoter le projet.

L'Association contre la méthanisation industrielle en zone urbaine à Saintes attend de pied ferme l'enquête publique pour manifester ses désaccords. Sa Présidente Maryline Delattre redoute la création d'une "zone industrielle dans un espace agricole et résidentiel."