Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Métropole lilloise : la facture de chauffage va baisser pour les habitants de 50 000 logements

-
Par , France Bleu Nord

La Mel, métropole européenne de Lille, est en train de construire une autoroute de la chaleur : 20 kilomètres de canalisations d'eau chaude qui permettront de remplacer le charbon et le gaz utilisé jusque-là. C'est plus écologique et plus économique avec des factures qui baisseront de 10%.

Le chantier de l'autoroute de la chaleur se terminera fin août, sur les grands boulevards, à la Madeleine
Le chantier de l'autoroute de la chaleur se terminera fin août, sur les grands boulevards, à la Madeleine © Radio France - Stéphane Barbereau

Lille, France

C'est une bonne nouvelle pour la planète et pour le portefeuille. En octobre 2020, 10% des logements de la métropole lilloise seront chauffés via un réseau d'eau chaude provenant du centre de valorisation énergétique d'Halluin. Cet incinérateur de la métropole dégage une chaleur importante qui permet de monter en température l'eau des canalisations, jusqu'à 120°. Erwan Lemarchand est le directeur du service énergie et développement durable à la Métropole Européenne de Lille : 

On brûle des déchets à Halluin, ce qui permet de chauffer de l'eau jusqu'à 120°. 

L'autoroute de la chaleur permettra de diminuer sa facture de chauffage et de moins polluer

De l'eau chaude qui se retrouvera ensuite dans les immeubles collectifs de Lille et Roubaix dans un premier temps, avant d'être étendu à l'ensemble des villes traversées (Halluin, Roncq, Neuville-en-Ferrain, Mouvaux, Wasquehal, Tourcoing, Marcq-en-Baroeul, La Madeleine). Il s'agit donc d'énergie renouvelable, ce qui fera passer la TVA de 20 à 5,5% et ce qui diminuera au final la facture de chauffage explique le président de la Mel, Damien Castelain : 

Nous allons faire baisser les factures de 10% en moyenne

Stéphane Gorisse (Covalys), Bernard Debreu (vice-président de la Mel), Damien Castelain (président de la Mel) et Sébastien Leprêtre (maire de La Madeleine) - Radio France
Stéphane Gorisse (Covalys), Bernard Debreu (vice-président de la Mel), Damien Castelain (président de la Mel) et Sébastien Leprêtre (maire de La Madeleine) © Radio France - Stéphane Barbereau

Jusqu'à cette année, on se chauffait au charbon et au gaz

L'autre bonne nouvelle de ce projet, c'est qu'il va faire du bien à la planète. Jusque-là, le réseau de chauffage collectif utilisait du gaz, importé du Qatar notamment via le terminal méthanier de Dunkerque mais aussi du charbon de Colombie explique Erwan Lemarchand : 

Le charbon de Colombie arrivait par bateau à Anvers puis par camion jusqu'à Lille. 

Le chantier est un défi technique puisqu'il faut manoeuvrer au milieu d'autres réseaux (gaz, téléphone, électricité,...) - Radio France
Le chantier est un défi technique puisqu'il faut manoeuvrer au milieu d'autres réseaux (gaz, téléphone, électricité,...) © Radio France - Stéphane Barbereau

Le maire de Mouvaux récalcitrant

Aujourd'hui, un tiers de cette autoroute de la chaleur a été construit. Les travaux sont finis à Halluin et Wasquehal, se poursuivent à Lille et La Madeleine et démarreront bientôt à Marcq-en-Baroeul. Mais au milieu, la ville de Mouvaux fait de la résistance. Son maire, qui s'était abstenu avec son groupe lors du vote de la délibération créant cette autoroute de la chaleur, ne veut pas des nuisances liées à ce chantier. Damien Castelain tape du poing sur la table : 

Nous sommes à 8 mois des municipales et donc certains ne voient pas d'un bon oeil des travaux importants.

"Nous sommes en concertation, le maire de Mouvaux est quelqu'un d'intelligent et nous réussirons à faire les travaux selon son planning souhaité et si ce n'est pas le cas, l'intérêt général est là et la préfecture est derrière nous". Le président de la Métropole pourrait alors, en dernier ressort, demander au préfet de prendre un arrêté pour imposer ces travaux à la ville de Mouvaux et ne pas retarder la mise en service de cette infrastructure essentielle pour des dizaines de milliers d'habitants de la Métropole.