Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Environnement

Metz : de plus en plus de potagers partagés en accès libre

-
Par , France Bleu Lorraine Nord

Imaginez un potager en pleine ville et dans lequel tout le monde peut se servir. C'est ce que propose le mouvement Incroyables comestibles depuis plusieurs années. Né en Angleterre, il se développe un peu partout dans le monde. A Metz, il existe une petite dizaine de potagers de ce type.

L'un des potagers se trouve sur l'île du Saulcy, à Metz.
L'un des potagers se trouve sur l'île du Saulcy, à Metz. © Radio France - Cédric Lang-Roth

Metz, France

Peut-être avez-vous vu ces parcelles de terre cultivée, en plein milieu de la ville de Metz, aux Jardins Jean-Marie Pelt, ou bien au campus du Saulcy. A chaque fois, un même mouvement, une même idée : les Incroyables comestibles. Née en 2008 dans une cité industrielle du Royaume-Uni, le mouvement se répand petit à petit partout dans le monde. Avec à chaque fois le même principe : tout le monde peut jardiner et tout le monde peut se servir gratuitement en légumes. Arrivé il y a quelques années à Metz, le mouvement commence à porter ses fruits.

En plein cœur de l'île du Saulcy, ça fait depuis mi-avril 2016 qu'un petit groupe d'étudiants s'occupe de son petit potager. Poireaux, salades, courgettes, ils ont créé des buttes, paillé la terre et semé des légumes divers. Les premières fraises commencent d'ailleurs à pointer le bout de leur nez. "Ça fait plaisir", sourit l'une des étudiantes mobilisée depuis le début. Bettina ajoute : "je viens de la campagne. Et en ville, ça me manque beaucoup ce genre de choses : la verdure, faire pousser des choses et manger ce qu'on produit. Moi ça me permet de retrouver ça. Et puis ça fait naître des passions, des vocations et c'est ça qui est très intéressant." Toutes les semaines, Bettina et les autres étudiants se retrouvent pour un atelier jardinage. Un moment convivial et actif, pour tous ces jeunes.

Rechercher l'autosuffisance alimentaire

Certes, depuis le lancement de ce potager urbain, quelques plants de tomate ont bien été vandalisés. "Mais ça fait partie du jeu", tempère tout de suite Olivier Lallement, celui qui a monté le projet au sein de l'Université de Lorraine. L'idée, selon lui, est que petit à petit, les mentalités évoluent : "là c'est juste une petite parcelle. Si tout le monde a envie de s'investir, le projet peut grandir et le jardin peut de développer de plus en plus. Si chacun s'y met un petit peu, tout de suite notre société devient plus agréable. C'est une vision de la vie, quoi."

L'antenne messine des incroyables comestibles ne cesse de développer de nouveaux projets. Le dernier en date est installé au pied du foyer des jeunes travailleurs Pilâtre de Rozier. Le but avoué du mouvement est d'atteindre l'autosuffisance alimentaire. La ville d'origine, au Royaume-Uni, s'est fixé la date butoir de 2018 pour y parvenir.