Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Michel Venetier, spécialiste de l'environnement : "Dans notre région, 95% des feux sont d'origine humaine"

vendredi 28 juillet 2017 à 10:21 Par Lucas Valdenaire, France Bleu Provence et France Bleu

Pour le chercheur Michel Venetier, spécialiste de l'environnement à Aix-en-Provence, "les deux tiers des incendies sont liés à des activités humaines de tous les jours". Il était l'invité de France Bleu Provence ce vendredi matin. Il prône une meilleure prévention des habitants et des élus.

L'incendie de Bormes a ravagé près de 1 700 hectares.
L'incendie de Bormes a ravagé près de 1 700 hectares. © Maxppp - Laurent Martinat / Photo PQR / Nice Matin

Aix-en-Provence, France

Sur le front des incendies, la situation s'améliore globalement dans la région. Un feu reste préoccupant dans le secteur de Seillons et Artigues, dans le Haut-Var. Le feu ne progresse plus mais quelques flammes restent actives ce vendredi matin.

"Une catastrophe pour l'environnement"

"C'est une catastrophe évidemment pour l'environnement," déclare Michel Venetier sur France Bleu Provence. Il est chercheur à l'IRSTEA à Aix-en-Provence (l'Institut national de recherche en sciences et technologie pour l'environnement et l'agriculture). Selon lui, "la très grande majorité des feux (95%) sont d'origine humaine."

"Même s'il y a des pyromanes ou des gens malveillants, il y a une grande majorité (deux tiers) des incendies qui sont liés à des activités de tous les jours : des mégots, des travaux dans les jardins etc."

Le chercheur rappelle également la nécessité du débroussaillement. "C'est obligatoire et malheureusement tout le monde ne le fait pas. L’intérêt, ce n'est pas seulement de protéger les maisons quand le feu arrive, c'est aussi d'éviter qu'il ne parte trop vite."

"Mettre des amendes, s'il le faut"

"Les maisons sont de plus en plus en bordures de forêts. Les villes s’étendent sur la forêt. Et la forêt s’étend vers la ville."

D'après Michel Venetier, "les lieux publics, les voies communales et les voies départementales doivent également être débroussaillées. Les communes doivent faire l'effort de surveiller (...) et mettre des amendes s'il le faut."

Le chercheur confirme que les départs de feu sont nombreux en Méditerranée. Il ajoute qu'"à l'échelle du monde, il y a de plus en plus de départs parce qu'l y a de plus en plus d'hommes et donc d'imprudences."

Mais en France, le nombre d'incendies qui attaquent la forêt a quand même diminué ces dernières années. "En 2003, 70 000 hectares avaient brûlé. On est à 7 000 hectares cette année. Il faut le rappeler : dans les années 1970, il brûlait chaque année 30 ou 40 000 hectares".