Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Milieux aquatiques : la sécheresse vire à la catastrophe écologique en Haute-Vienne

mercredi 3 octobre 2018 à 18:27 - Mis à jour le jeudi 4 octobre 2018 à 12:55 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Ce n'est plus un cri d'alarme qui se fait entendre, mais bien un rude état des lieux qui est dressé par la fédération de pêche de Haute-Vienne tant la sécheresse est sévère. Toute forme de vie a disparu de plusieurs cours d'eau totalement à sec.

Plusieurs cours d'eau de Haute-Vienne sont à sec, des pêches de sauvetage sont organisées (photo d'illustration)
Plusieurs cours d'eau de Haute-Vienne sont à sec, des pêches de sauvetage sont organisées (photo d'illustration) © Maxppp - Lionel Vadam

Limoges, France

La sécheresse est si marquée en Haute-Vienne que les conséquences qu'elle entraîne virent au désastre écologique dans le département. Car si la pêche est fermée sur la plupart des cours d'eau depuis mi-septembre, c'est plutôt la gestion des milieux aquatiques qui devient un véritable problème pour la fédération de pêche de Haute-Vienne.

Des cours d'eau à sec, beaucoup d'autres en écoulement faible

Quatre cours d'eau sont entièrement à sec, "notamment 'La Valoine', près de Limoges, et 'Le Noir', un magnifique petit cours d'eau à Château-Chervix" débute Paul Duchez, le président de la fédération de pêche. Dans ceux-ci, toutes vies animale et végétale sont mortes. "Quand bien même, l'année prochaine, nous aurons de l'eau, quand bien même nous remettrions du poisson dans ces ruisseaux, ça veut dire qu'il n'y a plus d'insectes ou de larves. La capacité nutritive du cours d'eau est réduite à néant." D'autres cours d'eau, une bonne quinzaine, sont en écoulement faible. Parmi eux, il y a la Vienne "dans sa partie haute, en amont d'Eymoutiers. Elle coule encore mais, de mémoire d'homme, personne n'a jamais vu ça." D'où ces pêches organisées, au coup par coup et un peu partout, pour sauver des poissons isolés dans des trous d'eau.

"La prise de conscience n'est pas à la hauteur de l'enjeu"

La situation est aussi terrible dans le sous-sol, enchaîne Paul Duchez. "La sécheresse n'est pas qu'un déficit pluviométrique. Aujourd'hui, _sur pratiquement deux mètres d'épaisseur, nous avons un taux d'humidité qui est égal à zéro_. Les prochaines petites pluies vont s'imprégner dans les sols mais ne descendront pas pour alimenter les sources. Il faudra vraiment beaucoup beaucoup de pluie et, à mon avis, ça ne suffira pas." A ses yeux, les arrêtés préfectoraux de restriction de l'usage de l'eau sont "des mesurettes car l'Etat n'a pas les moyens de les faire respecter" à des citoyens qui ne se les approprient pas forcément. "La prise de conscience n'est pas à la hauteur de l'enjeu" conclut Paul Duchez.