Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

Mobilisation des jeunes pour le climat : "on n'a plus beaucoup de temps pour changer les choses" dit Léa Boissière

jeudi 14 mars 2019 à 9:24 Par Alain Ginestet et Jérôme Edant, France Bleu Limousin

C'est une Semaine de mobilisation pour le climat et l'Environnement, notamment chez les lycéens et les étudiants. Ce jeudi matin, l'invitée de France Bleu Limousin était Léa Boissière, étudiante et organisatrice de la Semaine de l'Environnement de Limoges qui a lieu en ce moment.

Les jeunes de plus en plus mobilisés pour le climat et l'environnement (photo d'illustration)
Les jeunes de plus en plus mobilisés pour le climat et l'environnement (photo d'illustration) © Radio France - Delphine-Marion Boulle

Limoges, France

C'est une Semaine de mobilisation pour le climat et l'Environnement, notamment chez les lycéens et les étudiants. Et les jeunes ont un grand rôle à jouer sur ce sujet a dit ce jeudi matin Léa Boissière, étudiante et organisatrice de la Semaine de l'Environnement de Limoges qui a lieu en ce moment. Elle était l'invitée de Jérôme Edant sur France Bleu Limousin.

La prise de conscience de la jeunesse sur le climat et l'environnement semble plus forte aujourd'hui, pourquoi ?

Elle est plus forte, même si elle existait déjà, mais les lycéens et les jeunes en général prennent maintenant cette thématique à bras le corps et montrent qu'ils sont impliqués, qu'ils ont un avis à donner. Cette force vive existait déjà, mais c'est vrai on les voit plus. Avant, on avait le temps, maintenant on voit bien dans les rapports scientifiques mondiaux que le temps presse et qu'on n'a plus beaucoup de temps pour changer nos habitudes et changer toutes les lois qui existent, au niveau institutionnel, au niveau local. Et les lycéens se rendent compte que le monde de demain, qui commence aujourd'hui pour eux, n'a pas un très bel avenir.

Cela veut dire qu'il faut s'appuyer sur les "nouvelles générations" pour résoudre le problème ?

C'est vrai que la jeunesse fait partie de ce changement, parce que c'est elle qui va vivre le monde de demain. Et donc il faut aussi que les "anciennes générations" tiennent la main des jeunes pour leur transmettre ce qu'ils ont connu. Les jeunes, eux, ont beaucoup d'idées. C'est à eux d'imaginer concrètement le monde de demain et aux générations d'avant de les aider. 

Mais quelle mesures concrètes adopter pour laisser une terre "vivable" ?

Je pense par exemple aux espaces verts inoccupés dans les villes qui pourraient utilisés en permaculture, qui pourraient nourrir des habitants des quartiers. Remettre en place le contact entre agriculteurs et les populations qui sont éloignées, même si à Limoges, on des fermes tout autour. Adopter une consommation plus responsable, utiliser le moins d'emballages possibles, voilà plein de petites actions qui, rassemblées, font la différence. C'est vrai que une goutte d'eau, à 7 milliards (d'humains), forme un océan. Les dirigeants ont du pouvoir, mais la population en a aussi,  elle l'a oublié, il faut lui faire reprendre conscience de cela.