Climat – Environnement

A Montargis, remettre en état avant la rentrée pour guérir des inondations

Par Anne Oger, France Bleu Orléans lundi 29 août 2016 à 6:00

Le Conservatoire de Montargis, inondé, pourra rouvrir en septembre
Le Conservatoire de Montargis, inondé, pourra rouvrir en septembre © Radio France - Anne Oger

Envahie par les eaux le 31 mai dernier, coupée du monde pendant deux jours,la ville de Montargis a passé l'été à réparer les batîments les plus touchés pour qu'ils puissent rouvrir à la rentrée, alors que certains habitants ne peuvent toujours pas rentrer chez eux

Plus de 4 millions d'euros... Voilà ce que la ville de Montargis a déjà dépensé pour remettre en état une partie des batiments publics victimes des inondations. En quelques heures, le 31 mai dernier, le niveau du Loing et du canal de Briare étaient montées dans la ville, envahissant les rues , dévastant les commerces, les maisons, mais aussi de nombreux lieux publics. Le maire (LR) Jean-Pierre Door avait annoncé très rapidement des travaux pour tout remettre en état, avec la promesse d'une aide de l'Etat, Manuel Valls le Premier Ministre était venu la lui annoncer quelques jours après les inondations. "Dès la mi-juin, nous avons commencé à réparer tout les biens qui ne sont pas assurés dans la ville, le parc du Patîs, la voirie", explique Jean-Pierre Door. "Pour cela nous n'avions pas besoin d'attendre les experts en assurance. Ca nous a coûté 1,5 million d'euros, que l'Etat devrait nous rembourser". Il faut ajouter 200 000 euros, le coût du ramassage des déchets, tout ce qui ne pouvait pas être sauvé dans les maisons, et que les habitants avaient sorti sur les trottoirs. Ce ramassage avait pris quelques jours, les images de tout ce qui s'accumulait dans les rues étaient impressionnantes.

Réouverture ce lundi de la crèche Dom Pedre à Montargis

Pour le reste, il a bien sûr fallu attendre le passages des experts en assurance, mais c'est allé assez vite. Et le préfet du Loiret avait autorisé les services de la ville à simplifier les procédures d'appel d'offres, pour choisir rapidement les entreprises. Elles ont pu commencer à travailler dès le début juillet dans les batiments publics. La crèche Dom Pèdre, par exemple, entre les deux bras du Loing, avait été totalement dévastée par la montée des eaux. Vendredi les ouvriers étaient encore à l'oeuvre, il a fallu refaire les murs, les peintures, racheter des meubles. Mais après trois mois de fermeture, elle rouvre ce lundi, pour la soixantaine d'enfants qui y sont accueillis.

60 enfants de nouveau accueillis à la crèche Dom Pedre ce lundi - Radio France
60 enfants de nouveau accueillis à la crèche Dom Pedre ce lundi © Radio France - Anne Oger

Au Conservatoire, les pianos flottaient au moment des inondations, le parquet de la salle de danse a sauté, c'était vraiment de gros dégâts

Réouverture possible aussi au Conservatoire de Musique, situé juste en face de l'Hôtel de Ville. Ce sera dans le courant du mois de septembre. Lui aussi a beaucoup souffert. "Il y a eu jusqu'à 80 cm d'eau dans les locaux" explique Francis Cammal le directeur des services de la ville de Montargis. "Les pianos flottaient, le parquet de la salle de danse était inutilisable. Il y avait de gros dégâts mais les élus voulaient vraiment qu'on puisse faire la rentrée normalement, alors on a fait le plus vite possible". La salle des Fêtes, qui fait la fierté de la ville, avec son théâtre à l'italienne, débutera sa saison normalement elle aussi. Le 31 mai, Stacey Kent avait dû annuler son spectacle prévu le soir-même.

Plus de trois millions d'euros pour remettre en état le lycée Jeannette Verdier

Même volonté de rouvrir coûte que coûte au lycée Jeannette Verdier, à l'entrée de la ville. Le bâtiment qui abrite un lycée professionnel et un centre de formation des apprentis, était sous l'eau, lui aussi, il y a trois mois. Les élèves avaient été accueillis jusqu'à la fin de l'année au lycée Durzy de Villemandeur. Là c'est le conseil régional, dont c'est la compétence, qui a engagé de lourdes dépenses pour que la rentrée puisse avoir lieu. 3,3 millions d'euros, 17 entreprises au travail pendant tout l'été. Et finalement une réouverture possible. "Le spectacle était effrayant après les inondations" raconte François Bonneau, le président socialiste de la région Centre Val de Loire. "Tout était dévasté, tout flottait dans les ateliers, par exemple il n'y avait rien à sauver dans le salon de coiffure. A tel point que les autorités académiques ont envisagé de faire la rentrée ailleurs. Mais c'était trop dur pour les élèves, les familles, alors on a tout fait pour reconstruire à temps".

Une trentaine de magasins restent fermés

Une rentrée particulière malgré tout. Pour ces familles qui sont encore relogées ailleurs, parce que leur habitation n'est toujours pas remise en état. Une cinquantaine de montargois sont toujours accueillis dans des logements sociaux. D'autres sont encore chez des amis, dans la famille. Les commerçants aussi sont loin d'avoir pansé leurs plaies. Une trentaine de commerces en ville restent fermés, notamment les magasins indépendants, qui ont perdu tous leurs stocks, dans les caves. Eux ne sont pas encore sortis des procédures avec les assurances.

La nouvelle cote de référence à Montargis est de 3m44

Désormais à Montargis, les inondations de 2016 sont la référence, pour tous les documents et les plans qui seront réévalués. Montargis recevra d'ailleurs pour cela aussi une aide de l'Etat, pour revoir les procédures, refaire un plan de sauvegarde de la commune. Une aide d'un million et demi d'euros. Avec cette nouvelle cote, donc : 3m44 au lieu de 3m16, c'était la référence de la crue de 1910.

Partager sur :