Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Morvan : ils ont misé sur la chaufferie bois

mardi 10 novembre 2015 à 19:57 Par Benoît Jacobo et Isabelle Rose, France Bleu Auxerre

Une quarantaine de communes de l'Yonne ont franchi le pas de la chaudière bois pour chauffer leurs bâtiments communaux. Illustration à Saint-Germain-des-Champs, dans l'Avalonnais, où la chaufferie est en service depuis bientôt 4 ans.

La chaufferie bois de Saint-Germain-des-Champs
La chaufferie bois de Saint-Germain-des-Champs © Radio France - Isabelle Rose

Saint-Germain-des-Champs, France

2006, à Saint-Germain-des-Champs. La chaudière fioul installée dans le bâtiment communal qui abrite la mairie et l'école arrive en fin de vie. Les élus de ce petit village du Morvan (un peu plus de 400 habitants) s'interrogent alors sur le type d'énergie à promouvoir. Et c'est tout naturellement que le choix de la chaufferie bois s'est imposé. "Nous avons opté pour cette chaudière pour participer à la filière bois, rappelle le maire Michel Millet. C'était aussi contre les dégradations écologiques que fait le fioul".

"Participer à la lutte contre les dégradations écologiques" (Michel Millet)

La chaufferie bois, par plaquettes, a donc été construite juste derrière la mairie. Les plaquettes viennent du bois qui n'est pas vendu, des branches qui sont broyées. La commune s'alimente à 20km de là.  "Les copeaux, par une vis sans fin, sont amenés à la chaudière directement, poursuit l'élu. On a 2 livraisons par an, on fonctionne pour l'année".

Aujourd'hui, la commune réalise chaque année près de 30% d 'économie pour chauffer la mairie, l'ancienne école et un logement communal. Le maire Michel Millet espère même pouvoir aller encore plus loin. "Nous avons à côté de la mairie et de la chaufferie un petit lotissement de 6 places. Il n'est pas impossible que l'on participe au chauffage de ces logements".

Cette chaufferie bois et son silo ont couté 95 000 euros, dont 19 000 € à la charge de la commune. Le reste a été financé par des fonds européens et le conseil régional de Bourgogne.