Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Nantes : les inondés de cet été ne rentreront pas chez eux

mardi 29 août 2017 à 18:52 Par Pascale Boucherie, France Bleu Loire Océan

Les inondés de la rue Costes et le Brix ne rentreront pas chez eux. Sept semaines et demi après la vague qui s'est abattue sur leur logement dans le centre de Nantes près du rond-point de Rennes les dégâts sont encore visibles.

Des meubles ont été abandonnés dans les jardins de la résidence.
Des meubles ont été abandonnés dans les jardins de la résidence. © Radio France - Pascale Boucherie

Nantes, France

Une forte odeur d'égouts s'échappe du parking souterrain désormais vide. Les stigmates de l'inondation du 9 juillet dernier sont encore bien visibles. Une longue trace à 1 m 50 au-dessus du sol entoure le rez-de-chaussée de cette résidence anciennement de haut standing (830 euros les 60 mètres carrés).

Sur les murs blancs on voit clairement jusqu'où l'eau est montée. - Radio France
Sur les murs blancs on voit clairement jusqu'où l'eau est montée. © Radio France - Pascale Boucherie

Dans le jardin on trouve l'empreinte des roues du bulldozer, des amas de meubles abandonnés à la va-vite et des sacs entiers de matériaux déposés là pour reconstruire le mur d'enceinte qui s'est effondré.

D'importants travaux sont nécessaires. - Radio France
D'importants travaux sont nécessaires. © Radio France - Pascale Boucherie

Une résidence presque fantôme -ceux du premier étage restent- mais au rez-de-chaussée il n'y a plus que Gérard. Ses huit voisins sont partis.

Les gens ne veulent plus habiter ici. Ils ont trop peur. A cause de cette vague de trois mètres de haut et de ces tonnes d'eau qui les ont surpris.Ils sont partis. Au début c'était dur à cause du silence la nuit et de l'absence d'éclairage dans l'allée- Gérard, dernier locataire en rez-de-chaussée."

Le syndic de co-propriété chiffre le montant des travaux à réaliser entre 500 et 600 000 euros. Il faut rénover la dizaine d'appartements en rez-de-chaussée, ré-aménager le jardin et rénover le mur mitoyen emporté par l'eau. Les assurances ont versé 7300 euros de provisions. La réunion interministérielle sensée valider la déclaration de catastrophe naturelle déposée par la mairie de Nantes doit avoir lieu le 19 septembre.

Le mur d'enceinte a dû être étayé. - Radio France
Le mur d'enceinte a dû être étayé. © Radio France - Pascale Boucherie

Des commerçants dans le flou

Les inondations du 9 juillet dernier ont aussi causé d'important dégâts dans les commerces. Les pluies torrentielles avaient touché des restaurants quartier Bouffay et place René Bouhier. Tous ne sont pas logés à la même enseigne. L'institut de Beauté du boulevard De Launay va entièrement refaire ses sols sans débourser un centime, alors qu'une rue plus loin, rue Lamoricière, le patron du "Comptoir à pizza" qui a vu son laboratoire envahi par 50 cm d'eau, se démène avec son assurance.

On n'est pas du tout aidé par les assurances, il faut se débrouiller tout seul. On nous dit après coup qu'il fallait appeler une entreprise pour assécher les murs. Mais d'où on sait ça nous ? C'est la première fois que je suis inondé de ma vie." William, le patron du "Comptoir à pizzas.

Le pizzaïolo a reçu 3000 euros d'avance par ses assurances mais c'est insuffisant. Il a dû racheter pour 10 000 euros de matériel sur ses fonds propres. Il a aussi perdu ses stocks et deux semaines entières d'exploitation.