Climat – Environnement

Des milliers de bâtons pour dire non au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes

Par Aurélien Tiercin, France Bleu Loire Océan samedi 8 octobre 2016 à 15:12

Planter de bâtons géant sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes
Planter de bâtons géant sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes © Radio France - Anne Patinec

Un rassemblement géant a lieu ce samedi sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes où des milliers d'opposants au projet d'aéroport arborent des bâtons. Ils sont 12.800 selon la préfecture, 40.000 selon les organisateurs.

Ce sont "les bâtons du voyage, de la protection, des troupeaux, pas les bâtons de la défense", explique un zadiste. Les opposants au projet d'aéroport à Notre-Dame-des-landes veulent souligner le caractère pacifique de cette manifestation. Ce samedi matin, ils étaient des milliers, bâton en main, à se balader dans le bocage là où le futur aéroport du Grand Ouest doit être construit.

"Des bâtons, pas des avions !"

Des familles, des zadistes, des agriculteurs étaient là à cheminer sur la ZAD, séparés en trois cortèges partant de trois lieux emblématiques en même temps. Un groupe est par exemple parti d'une ferme menacée d'expulsion et tous se sont retrouvés dans un lieu symbolique de la résistance, la ferme de Bellevue, elle aussi vouée à la destruction. Là, les zadistes ont depuis plusieurs mois lancé un élevage d'animaux et cultivent la terre.

Les bâtons comme clin d’œil à la lutte du Larzac

Certains manifestants ont traversé toute la France pour venir à Notre-Dame-des-Landes pour crier à la face du monde leur rejet d'un projet qu'ils jugent inutile. Dans une ambiance festive, ils veulent faire passer un message fort au gouvernement.

Des zadistes en train de planter leur bâton - Radio France
Des zadistes en train de planter leur bâton © Radio France - Anne Patinec

Si les forces de l'ordre interviennent, "On sera là !" scandent les opposants. Le planter de bâtons géant est d'ailleurs une façon de rappeler la lutte du Larzac, où dans les années 1970 le gouvernement voulait agrandir un camp militaire avant de reculer devant la pression des opposants.

Le bâton, c'est aussi une manière de dire qu'on peut les récupérer pour nous défendre si jamais les forces de l'ordre nous attaquent" - Camille, un zadiste

Partager sur :