Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Climat – Environnement

"Nique pas ta mer" : plus de 10 000 personnes marchent pour le climat à Nantes

vendredi 15 mars 2019 à 16:55 Par Paul Sertillanges, France Bleu Loire Océan

La marche pour le climat a été un véritable succès à Nantes. Beaucoup ont défilé dans les rues ce vendredi 15 mars : essentiellement des collégiens, des lycéens et des étudiants mais aussi des militants écologistes et anticapitalistes.

Les collégiens et lycéens étaient nombreux ce 15 mars dans les rues de la cité des ducs.
Les collégiens et lycéens étaient nombreux ce 15 mars dans les rues de la cité des ducs. © Radio France - Paul Sertillanges

Nantes, France

Les collégiens et lycéens sont venus grossir les rangs des militants écologistes ce vendredi 15 mars dans les rues de Nantes lors de la marche pour le climat. Lors de celle de fin janvier, ils étaient environ mille.

Les rues, vertes de monde

Un pique-nique a été organisé sur l'île Feydeau à partir de midi puis vers 14 h 30, le cortège est parti en direction du cours des 50 otages.

Dans la marée verte, on pouvait voir énormément de pancartes. Les jeunes ont laissé aller leur créativité : "Nique pas ta mer", "T'es bonne sans carbonne", "les calottes sont cuites", "j'ai mal à la terre", "bac + trois degrés".

Sur le cours des 50 otages, les manifestants lèvent les mains, comme s'ils étaient pris en otage. - Radio France
Sur le cours des 50 otages, les manifestants lèvent les mains, comme s'ils étaient pris en otage. © Radio France - Paul Sertillanges