Climat – Environnement

Aéroport de Notre-Dame-des-Landes : l'État engage la reprise des travaux

Par Typhaine Morin, France Bleu Loire Océan et France Bleu vendredi 30 octobre 2015 à 18:47 Mis à jour le vendredi 30 octobre 2015 à 20:10

La ZAD à Notre-Dame-des-Landes
La ZAD à Notre-Dame-des-Landes © Radio France - Thomas Schonheere

L'État a publié en fin de semaine dernière, le vendredi 23 octobre, un appel d'offres pour des "travaux de débroussaillage, rétablissement d'accès et clôtures de la desserte routière de l'aéroport du Grand Ouest". Avec cet appel d'offre, on se rapproche du début des travaux à Notre-Dame-des-Landes.

Les entreprises ont jusqu'au 23 novembre pour répondre à un appel d'offres lancé par les services de l'État pour "débroussailler" et "rétablir" l'accès "et clôtures de la desserte routière de l'aéroport" de Notre-Dame-des-Landes. Des travaux préalables à la réalisation de la route à 2 x 2 voies qui y conduira et sera reliée aux RN137 (Nantes-Rennes) et RN165 (Nantes-Lorient). Le délai d'exécution est de 24 mois à compter de la notification du marché. 

Autrement dit, le début des travaux de construction de l'aéroport du Grand Ouest se rapproche. Et la préfecture de Loire-Atlantique l'annonce très clairement dans un communiqué : "L'État engage la reprise des travaux". La préfecture rappelle que tous les recours administratifs contre le projet de l'aéroport ont été rejetés. C'était la condition sine qua non pour engager les travaux. 

Fin des recours administratifs

Le 17 juillet dernier, le tribunal administratif de Nantes avait rejeté les 17 recours déposés par les opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le Premier ministre Manuel Valls avait alors annoncé la reprise des travaux. "Cette décision confirme la parfaite conformité du projet au droit, et le respect des procédures encadrant la réalisation des projets d'infrastructures", avait alors déclaré le service communication de Matignon. Le Premier ministre l'avait  répété le 15 octobre dernier devant les sénateurs : "ce projet nous le soutenons et il se fera".  

Dans son communiqué ce vendredi soir, la préfecture explique donc que "l’État a demandé aux maîtres d’ouvrage de la future plate-forme et de sa desserte routière de mettre en œuvre les démarches qui permettront de démarrer les travaux. Ceci se traduit en particulier par le règlement des indemnités d’expropriation, la reprise des relations avec les entreprises et le lancement de marchés spécialisés". 

Janvier 2016

Pour les pro-aéroports, la reprise de ces travaux ne faisait guère de doute. Il y a deux semaines, Alain Mustière, le président des Ailes pour l'Ouest, avait prédit l'évacuation de la ZAD et le début des travaux à Notre-Dame-des-Landes en janvier 2016. Aujourd'hui, le calendrier des services de l'Etat n'est pas précisé, mais avec cet appel d'offre, on sait désormais que les travaux de débroussaillage et le rétablissement d'accès de la desserte routière du futur aéroport peuvent débuter à partir de janvier 2016. 

Stratégie quasiment criminelle" 

Françoise Verchère, coprésidente du CéDpa

Pour Françoise Verchère, coprésidente du CéDpa, le Collectif des élu-e-s qui Doutent de la pertinence de l'aéroport, c'est une stratégie "quasiment criminelle. Parce que tout peut arriver derrière et c'est eux [l'Etat] qui porteront la responsabilité de ce qui peut arriver. À un an de la mort de Rémi Fraisse, ils veulent la même chose à Notre-Dame-des-Landes. (...) Ils veulent démarrer les travaux. Ils ne peuvent pas imaginer une autre issue que celle de la confrontation sur le terrain et de faire un passage en force." L'ancienne élue départementale ne mâche pas ses mots après la publication de cet appel d'offre. 

"Argument après argument nous les démontons. C'est un scandale démocratique. Mais ils vont préférer continuer pour avoir ce qu'ils veulent, c'est-à-dire une confrontation sur le terrain", promet Françoise Verchère. 

►►► À lire aussi : CHRONOLOGIE | Notre-Dame-des-Landes en 15 ans de lutte