Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Notre-Dame-des-Landes : le convoi a été bloqué par les forces de l'ordre près d'Ancenis (44)

dimanche 22 novembre 2015 à 12:43 Par Tudi Crequer et Aurore Jarnoux, France Bleu Loire Océan

Ce dimanche 22, le convoi des zadistes qui fait route vers Paris, et la COP 21, a été retenu par un barrage des forces de l'ordre près d'Ancenis. Les forces de l'ordre ont tenté, sans succès, d'effectuer un contrôle des identités, avant de laisser le convoi repartir.

Un convoi de vélos et de tracteurs rejoint Paris pour la COP21. © Radio France -
Un convoi de vélos et de tracteurs rejoint Paris pour la COP21. © Radio France - © Radio France - Boris Hallier

Ancenis, France

MODIF 22/11/2015 à 13h15.

Deux-cents bicyclettes et cinq tracteurs ont pris la route, ce samedi matin, au départ de Notre-Dame-des-Landes. Direction Paris et la COP21, la conférence internationale pour le climat. Ce dimanche matin, entre 11h00 et 13h00, le convoi a été bloqué, entre Anetz et Ancenis par un barrage des forces de  l'ordre. "C'est la police qui nous bloque devant et derrière. Ils font un contrôle d'identité des manifestants", décrit une des participantes du convoi. "L'ambiance est calme, plusieurs personnes qui sont parties discuter avec les policiers", poursuit-elle.

"Ils signifient à chaque personne qu'il n'y pas le droit de manifester en Ile-de-France", une des manifestantes

 "On s'est réuni en assemblée et on a décidé de refuser collectivement ce contrôle d'identité", précise cette militante anti-aéroport."Ils signifient également à chaque personne qu'il n'y a pas le droit de manifester en Île-de-France (NDLR : à cause de l'Etat d'Urgence) et ils nous accusent aussi de bloquer la route. Sauf que là, on est stationné sur la voie de droite. Alors, ce sont eux qui bloquent la route !"

Face au refus des manifestants, les gendarmes ont finalement laissé le convoi repartir vers 13h. Première étape à Angers ce soir avec pour objectif d'arriver près de Paris le 27 Novembre.

La préfecture ne souhaite pas réagir.