Climat – Environnement

Notre-Dame-des-Landes : malgré l'état d'urgence, les opposants roulent vers Paris

Par Boris Hallier, France Bleu Loire Océan et France Bleu samedi 21 novembre 2015 à 13:12

Un convoi de vélos et de tracteurs rejoint Paris pour la COP21.
Un convoi de vélos et de tracteurs rejoint Paris pour la COP21. © Radio France - France Bleu

Deux-cents bicyclettes et cinq tracteurs ont pris la route, ce samedi matin, au départ de Notre-Dame-des-Landes. Direction Paris et la COP21, la conférence internationale pour le climat. L'état d'urgence suite aux attentats de Paris ne décourage pas les opposants au projet d'aéroport.

"La vie continue!" C'est ce que ne cessent de répéter les opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Malgré l'état d'urgence et l'interdiction des manifestations en Île-de-France, 200 cyclistes et 5 tracteurs ont pris la route pour rejoindre Paris. L'arrivée est prévue le 28 novembre, deux jours avant l'ouverture de la COP21, la conférence internationale sur le climat, à laquelle doivent participer 138 chefs d'Etat ou de gouvernement.

La grande marche citoyenne du 29 annulée

La COP 21 aura bien lieu mais en raison de l'état d'urgence, les manifestations publiques sont annulées. Les organisateurs du convoi "Cap sur la COP", eux, ont décidé de maintenir leur voyage vers Paris. "Malgré l'escalade sécuritaire et la déferlante de lois liberticides, notre volonté est de continuer à manifester, à lutter et à porter haut et fort la voix des territoires en lutte", disent-ils.  

Lionel et son ami vont rouler jusqu'à Paris pour la COP21. - Radio France
Lionel et son ami vont rouler jusqu'à Paris pour la COP21. © Radio France - France Bleu

Le convoi va effectuer plusieurs étapes à Ancenis, Angers, Le Mans ou encore Chartres. Des débats seront organisés avec des comités locaux opposés à l'aéroport de Notre-Dame-des -Landes. Le 27 novembre, les cyclistes retrouveront à Saclay (Essonne) d'autres convois venus de Bure et de Roybon, où se sont créées des "ZAD". Un grand banquet sera organisé le lendemain aux portes de Paris.  Les tracteurs vont-ils rentrer dans la capitale? "On avisera", répond l'un des participants au convoi.