Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Climat – Environnement

Vrac, mouches et poules pour éviter que nos poubelles ne débordent

lundi 27 novembre 2017 à 6:11 - Mis à jour le lundi 27 novembre 2017 à 7:04 Par Aurélie Lagain et Philippe Paupert, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Réduire ses déchets, ça commence en amont, en limitant les produits emballés, suremballés. Les épiceries vrac fleurissent, même si elles restent encore peu nombreuses en France. Dans la poubelle, c'est 30% en moins si on composte. Mais on peut aussi faire appel aux mouches et aux poules.

Déchets
Déchets © Radio France - Aurélie Lagain

Après une semaine européenne pour la réduction des déchets, des idées ont germé pour faire maigrir nos poubelles, qui grossissent démesurément.

Selon l'ADEME, en 40 ans, la quantité de déchets a doublé ! Pourquoi? Parce que la population augmente, que nous consommons de plus en plus, et de plus en plus choses jetables, à usage unique, essuie-tout, gobelets, cuillères en plastique, disques démaquillants... Et les produits alimentaires sont souvent sur-emballés.

573 kg de déchets par personne et par an

Nous produisons chacun 573 kg par an, la moitié d'ordures ménagères, 19% est recyclé.

Depuis 2014, toujours selon l'ADEME, 30% d'objets en plus sont réutilisés ou réemployés, un million de tonnes : brocantes, dépôts-vente, petites annonces... On répare aussi de plus en plus. Un Français sur deux a déjà réparé lui même un appareil électroménager... Encore faut-il avoir des pièces détachées disponibles.

On composte aussi de plus en plus. Plus de 13.000 composteurs ont été distribués (avec participation) par le SIDOMRA, le pôle de valorisation des déchets du Grand Avignon en 13 ans. On composte au fond du jardin, de plus en plus "de jeunes couples et en pied d'immeubles", précise le responsable, Rémi Jullien.

L'association Semailles a installé deux composteurs début octobre au pied d'immeubles dans le quartier des Grands-cyprès à Avignon, près de l'école maternelle, 45 bio-seaux ont été distribués aux résidents, une vingtaine vont suivre. Nathalie Nanquette, qui retourne le compost, est plutôt satisfaite du résultat, peu de déchets autres à l'intérieur, "deux pots de yaourts, peut-être des enfants qui croyaient que c'était une poubelle". D'autres composteurs vont être installés cette semaine résidence Malpeigné.

Les poules reviennent

Les poules reviennent en force : 200 poules distribuées par le SIRTOM aux foyers des 39 communes à Apt et alentours, pour cinq euros les deux. Une poule peut dévorer 50 kg de déchets par an.

A Saint-Trinit, la mairie a investit dans un poulailler communal,"les gens amènent leurs déchets", précise le maire, ensuite le cantonnier distribue les oeufs. "Une bonne idée" pour Henriette, qui n'a pas la place chez elle de loger des poules.

Des mouches pour faire du compost

Autre initiative sur le MIN d'Avignon, celle de Biomimétic, qui élève des "mouches soldats noires", précise Damien Sabatier. "On se sert de ses progénitures pour ensemencer les biodéchets", résidus de l'industrie agroalimentaire.

Biomimétic en fait du compost, mais aussi "des larves d'insectes, riches en protéines en lipides pour alimenter demain nos poissons, nos vaches, nos cochons, nos volailles".

Tendance vrac

Environ 130 épiceries en vrac ont ouvert en France, tendance initiée par les magasins bio suivie notamment par la grande distribution, dans le sillage du "Zéro déchet" de Bea Johnson, la Vauclusienne installée à San Francisco qui revendique un seul litre de déchets par an pour sa famille de quatre personnes.

"Une cinquantaine" d'épiceries vrac ont ouvert en 2015 et 2016, précise le Réseau vrac. Une épicerie tout vrac a ouvert au début de l'été dans les rues piétonnes d'Avignon. Céline Laplanche et Marjorie Mangeais-Couzyn accueillent encore six mois plus tard des clients étonnés de la démarche au Petit Pot.

À l'intérieur, des distributeurs de produits secs (café, biscuits, céréales, pâtes): Classique

On trouve aussi des bonbonnières de gâteaux, du détergent en bonbonnes, du savon liquide ou en paillette, des dentifrices et déodorants solides, des crèmes en flacons consignés...

Le principe, chacun vient avec ses récipients (pochons de tissus, boîtes ou bocaux), les fait peser et ne prend que ce dont il a besoin : 13 g de chocolat ou 126 g de lessive par exemple. Des sachets en tissu ou en kraft, des bocaux vides, sont vendus également pour les étourdis.

Où trouver du vrac? Dans ces épiceries vrac comme celle-ci à Avignon, mais quelques centaines de mètres plus loin l'épicerie Youpi les Brocolis avenue St Ruf, en plein travaux du tramway, a ouvert en plein chantier et propose de plus en plus de produits en vracs, produits secs, huiles, mais aussi droguerie également.

En grande surface, les rayons vrac s'agrandissent, pour preuve celui qui mesure plusieurs mètres à Auchan le Pontet, l'un des pionniers en Vaucluse pour la grande distribution. Les supérettes proposent aussi de plus en plus quelques silos de fruits secs.

Plus classiques, les magasins bios ont toujours une belle surface réservée au vrac.

Plus étonnant, des animaleries se mettent aussi à la vente en vrac. A Botanic à Villeneuve-lèz-Avignon, ce sont les petits gâteaux pour chiens qui peuvent aussi être achetés au vrac...